Réassurance conventionnelle : types expliqués avec des exemples

réassurance conventionnelle

Un traité de réassurance est simplement un accord entre deux ou plusieurs compagnies d'assurance par lequel l'une (assureur direct) s'engage à céder, et l'autre ou d'autres (réassureur) acceptent d'accepter des activités de réassurance conformément aux dispositions spécifiées dans le traité.

Plus précisément, il s'agit d'un accord préétabli par lequel l'assureur direct cède et le ou les réassureurs acceptent des séances dans une limite prédéterminée.

La caractéristique importante ici est que si les cessions sont faites conformément aux termes du traité, le(s) réassureur(s) ne peuvent pas refuser d'accepter.

5 types de réassurance conventionnelle

Types de réassurance conventionnelle

5 types de réassurance conventionnelle sont :

  1. Part de quota,
  2. Surplus,
  3. Excédent de perte,
  4. Ratio d'excédent de perte (Stop-Loss), et
  5. Piscines.

Réassurance par traité en quote-part

Ce type de traité oblige l'assureur direct à céder au(x) réassureur(s) une proportion prédéterminée de toutes ses affaires acceptées dans une certaine catégorie, et le(s) réassureur(s) s'engagent également à accepter cette proportion en échange d'une proportion correspondante de la prime. .

Exemple 1: Part de quota ; arrangement : Assureur Direct : 10% et Tous Réassureurs : 90%. Risque assumé : $1 000 000. La répartition des risques sera donc la suivante :

Assureur direct10%= $1,00,000
Tous les réassureurs90%= $9,00,000
 100%= $10,00,000

Exemple-2 : Arrangement de partage de quotas : comme auparavant. Risque assumé $100 000 (même type de risque) Par conséquent, la répartition des risques sera :

Assureur direct10%= $10,000
Tous les réassureurs90%= $90,000
 100%=$100,000

Les étudiants des deux exemples ci-dessus devraient remarquer que pour un type de risque similaire, le montant qui revient à l'assureur direct varie simplement en raison de la durée du traité, même s'il pourrait en toute sécurité en conserver davantage.

Peut-être que dans le 2ème exemple, la société directe pourrait conserver la totalité du montant de $100 000, gagnant ainsi la totalité de la prime. Mais le contrat lui en interdit car il doit céder selon le pourcentage prédéterminé.

Malgré les inconvénients ci-dessus, ce type d'arrangement est cependant particulièrement utile pour les petits bureaux ou un nouveau bureau ou pour les bureaux qui démarrent un nouveau type d'entreprise.

En cas de sinistre, celui-ci sera supporté par tous dans la même proportion.

Réassurance des excédents de traités

La caractéristique importante ici est que l'assureur direct s'engage à réassurer uniquement le montant excédentaire,

après sa conservation,

et les réassureurs s'engagent à accepter de telles cessions, généralement jusqu'à une limite supérieure prédéterminée. Les traités sur les excédents sont généralement disposés en lignes, chaque amende étant égale à la rétention de l'assureur.

Cela signifie que l'assureur peut automatiquement accepter le risque brut à hauteur de sa rétention, majoré du montant de la rétention multiplié par le nombre de lignes pour lesquelles un traité a été conclu.

Exemple 1

Proposition : ABC Insurance Co. a reçu une proposition pour assurance incendie d'une usine textile pour un montant de $1,00,00,000. La rétention de l'entreprise pour cette branche d'activité est de $10,00,000 ; il existe un traité sur les excédents de 9 lignes. La disposition sera la suivante :

Rétention d'ABC= $1,000,000
Le traité consomme (9×10 lac)= $9,000,000
 = $100,00,000

Exemple-2

Proposition : Identique à l'exemple 1, mais la somme assurée est de $7 000 000. L'arrangement sera :

Rétention d'ABC := $1,000,000
Le traité reçoit := $6,000,000
 = $7,000,000

Les étudiants remarqueront que le traité ne reçoit le solde qu'après avoir cédé la rétention de Co, et même si le traité a une capacité plus élevée, il est sous-placé parce que la somme assurée elle-même est inférieure à la capacité, et donc ils obtiennent le solde intégral de la somme assurée.

Exemple-3

Proposition : Identique à l'exemple 1, mais la somme assurée est de $15 000 000 et une limite supérieure conventionnelle existe pour $8 000 000. L'aménagement sera :

Rétention d'ABC :$1,000,000
Le traité consomme : (une limite supérieure s'applique)$8,000,000
Couverture automatique :$9,000,000

Les étudiants doivent comprendre ici que le principe de la réassurance est violé par une telle tentative.

D'une part, la retenue excédentaire de $500.000 créera une charge supplémentaire sur le fonds de l'entreprise pour laquelle il n'y a aucune provision et dont la tentative ne manquera pas de perturber la stabilité financière et la rentabilité de l'entreprise,

et d'autre part, cela ne manquera pas de créer un impact négatif sur les intérêts du réassureur, en plus de créer une méfiance indésirable dans cette profession de confiance.

MÉRITES
En raison de ses avantages, il s’agit aujourd’hui de la forme de réassurance la plus acceptée.

Si tous les avantages du système facultatif et du système de quote-part sont présents, les inconvénients de ces deux types manquent. Les avantages importants du traité sur les excédents sont

  • La couverture est automatique contrairement au système facultatif.
  • C'est moins cher que le facultatif et peu de formalités procédurales sont impliquées.
  • Contrairement au système de quotas, la société cédante peut conserver ce qu'elle veut et seul le solde est cédé. Une cession inutile d'activité et de prime n'est pas envisagée.
  • Cette méthode est particulièrement avantageuse pour les entreprises établies qui sont de plus en plus concernées et qui ont la possibilité d'augmenter progressivement leur rétention au fur et à mesure de l'augmentation de leur solidité financière.

DÉMÉRITES
Les inconvénients sont très minimes, et certains des plus mineurs sont :

  • Pour les assurances responsabilité civile importantes ou la protection contre les pertes de nature catastrophique, d’autres méthodes telles que les accords Excess of Loss ou Stop Loss sont mieux adaptées.
  • Les réassureurs ne peuvent généralement pas appliquer leur jugement de souscription pour chaque cas, même s'ils peuvent avoir des cessions de compte de l'entreprise à intervalles périodiques.
  • Cette méthode ne convient pas aux nouvelles compagnies d'assurance.

Réassurance conventionnelle en excédent de sinistre

L’approche du dispositif de réassurance est ici très différente des méthodes déjà évoquées.

Dans ce système, contrairement aux facultatifs, aux quotas ou aux excédents, la somme assurée ne constitue aucune base et elle n'est pas exprimée en termes de proportion ou de pourcentage de la somme assurée.

Ici, l'assureur décide d'abord du montant de la perte qu'il peut supporter pour chaque perte dans une branche d'activité particulière.

L'arrangement est tel que si une perte dépasse ce montant prédéterminé, seuls les réassureurs supporteront le solde de la perte. Rien n'est payable par les réassureurs si le montant du sinistre devient inférieur à ce montant choisi.

Il peut généralement y avoir une limite supérieure de responsabilité des réassureurs au-delà de laquelle ils ne paieront pas.

Exemple:

Proposition : Contre toute assurance responsabilité civile, l'assureur décide de supporter un sinistre pouvant aller jusqu'à $100.000 au titre de chaque sinistre. Les réassureurs s'engagent à supporter tout montant de solde au-delà de $100 000. La perte est de $200 000. Il existe une limite supérieure de $80 000.

Le recouvrement au titre de l’accord de réassurance sera le suivant :

Perte : $200 000. Limite supérieure:$ 80,000
L’assureur prend en charge :$ 1,00,000
Le réassureur supporte :$ 80,000
L'assureur supporte à nouveau 
solde en raison du plafond :$ 20,000
Par conséquent, l'assureur supporte$ 1,20,000
Le réassureur est baissier$ 80,000
 $ 2,00,000

Il faut savoir que s'il n'y avait pas eu de plafond, les réassureurs auraient supporté $100.000.

Ce type d'accord de réassurance est particulièrement utile dans les cas d'assurances responsabilité civile importantes et pour obtenir une protection contre les pertes liées aux catastrophes.

Réassurance conventionnelle relative au ratio de sinistralité en excédent

Ce type d'accord est également connu sous le nom de réassurance STOP LOSS et est un peu différent de l'accord Excess of Loss, même si les deux sont basés sur les pertes plutôt que sur la somme assurée.

Ici, une relation est généralement établie entre la prime brute et le sinistre brut sur une année dans une branche d'activité particulière. La cédante décide d'un taux de sinistralité brut à hauteur duquel elle peut se maintenir.

L'accord avec les réassureurs est tel que si à la fin de l'année il s'avère que le total de toutes les pertes au sein de la catégorie a dépassé le taux de sinistralité prédéterminé, alors les réassureurs paieront le solde de la perte pour maintenir le taux de sinistralité de la société cédante. dans le « ratio prédéterminé ». Le traité peut également contenir une limite supérieure.

Exemple

Proposition: La société ABC a conclu un traité d'excédent de sinistres avec des réassureurs par lequel elle supportera des pertes jusqu'à un montant n'excédant pas 70% de la prime brute de la classe.

Les réassureurs se sont engagés à prendre en charge tout solde afin que le taux de sinistralité brute de la cédante soit maintenu à 70% mais ne dépassant pas, disons, 90% du solde.

Le chiffre d'affaires de la cédante est de $10 000 000 et la perte totale sur l'année est de $8 000 000.

L'implication de la répartition des pertes sera la suivante : Perte $8 000 000.

Cela représente 80% de la prime brute et, par conséquent, les réassureurs interviennent pour maintenir ce « taux de sinistres » à un niveau prédéterminé de 70%. Donc;

Ceding Co. baissier (70% de prime)=$7,000,000
Le réassureur paie 90% de $1 000 000=$900,000
(qui est le solde de la perte) 
Ceding Co. porte à nouveau le bilan=$100,000
 $8,000,000
Donc, 
Ceding Co. porte :$7,100,000
Les réassureurs paient :$900,000
 $8,000,000

Les étudiants doivent comprendre que s'il n'y avait pas eu de limite supérieure, la totalité du solde de 1 000 000 $ aurait été payée par les réassureurs et le taux de sinistres prédéterminé de la société cédante aurait été maintenu.

Dans ce cas, en raison de la limite supérieure, le taux de sinistres prédéterminé a été partiellement perturbé.

Ce type de réassurance est largement utilisé pour l’assurance responsabilité civile et les sinistres catastrophes.

Réassurance des traités de pools

Les pools sont des traités, qu'ils soient en quote-part ou en excédent, dans le sens où, dans le cadre de ces accords, divers pays membres ou sociétés membres joignent leurs mains au préalable pour partager la prime de chacun ainsi qu'une créance.

Ces pools opèrent généralement pour des catégories d'activités particulièrement dangereuses ou lorsque le marché dans son ensemble est faible pour absorber le risque.

Dans de telles circonstances, de tels pools de soutien mutuel deviennent très utiles. Des exemples de risques peuvent être l'assurance récolte, l'assurance contre les accidents du travail, etc.