Théories sociologiques du comportement criminel

Théories sociologiques du comportement criminel

Les théories biologiques et psychologiques ont identifié certains facteurs physiques et mentaux supposés être responsables du comportement criminel et distinguent les criminels des non-criminels. En d’autres termes, ces théories se concentrent sur les individus humains, en particulier les criminels.

Limites de l’approche individuelle : taux de criminalité dans la société

Ces théories n'expliquent pas pourquoi les taux de criminalité diffèrent d'un quartier à l'autre, d'un groupe à l'autre, au sein des grandes zones urbaines ou entre villages et zones urbaines. Les conceptions biologiques et psychologiques de la criminalité ont été remises en question par les sociologues au début du XXe siècle.

La criminalité comme produit des forces sociales

Ils soutiennent que le crime a lieu dans une société et est le produit de forces sociales. La société est fondamentale pour chaque individu dans la mesure où différentes institutions sociales façonnent et influencent son comportement.

Théories sociologiques : une perspective globale

Les théories sociologiques considèrent la société comme un élément déterminant pour expliquer tous les comportements, avec un accent particulier sur le comportement criminel. Leur vision est très large et ils font appel à presque toutes les institutions sociales, à savoir la famille, l'éducation, l'économie et le gouvernement, pour donner un sens à la déviation et à la délinquance.

Théories de l'apprentissage social : comprendre le comportement criminel

Certains théoriciens réfléchissent à tout le comportement humain appris ; le comportement criminel n’y fait pas exception. Ce type de théorie met en lumière le processus par lequel s’effectue l’apprentissage du comportement criminel. Ces théories couvrent également des cultures et sous-cultures contenant des idées favorables au comportement criminel.

Théories du contrôle : les contraintes imposées à la criminalité

Les théories du contrôle tentent d’expliquer pourquoi les gens commettent des crimes. Selon eux, il existe dans une société certaines forces de contrôle qui empêchent les gens de commettre des crimes. Ces forces s’effondrent dans certaines circonstances, donnant lieu à la criminalité et à d’autres comportements déviants. Le fonctionnement cohérent de ces forces est donc nécessaire pour garantir l’ordre social. Les théories du contrôle sont importantes pour expliquer à la fois la délinquance juvénile et la criminalité des adultes.

École de Chicago

La grande migration et l'urbanisation dans les années 1920

Au cours des années 1920, 5 millions de nouvelles personnes sont arrivées dans les grandes villes des États-Unis. Cette fois, Chicago s'est remarquablement développée et sa population a doublé en 20 ans. Les nouveaux arrivants recevaient des salaires très bas et leurs conditions de travail et de logement étaient mauvaises.

La montée du crime organisé à Chicago

À la fin des années 1920 et au début des années 1930, des groupes criminels organisés ont choisi Chicago pour leurs activités délinquantes. Avec le nombre croissant de nouveaux arrivants, de politiciens corrompus et de contrebandiers notoires, le taux de criminalité à Chicago a augmenté rapidement.

École d'écologie humaine de Chicago : comprendre la désorganisation sociale

La ville est devenue un laboratoire pour les criminologues, dont beaucoup étaient associés au département de sociologie de l'Université de Chicago. S'inspirant de l'écologie, l'école de Chicago a mené ses recherches ; c'est pourquoi, parfois, on l'appelle la Chicago School of Human Ecology.

Des chercheurs de l’Université de Chicago ont étudié les quartiers socialement désorganisés de Chicago, où les valeurs criminelles se sont développées et ont remplacé les valeurs conventionnelles. Elle s'est ensuite transmise de génération en génération.

Explication de WI Thomas et Florian Znaniecki

WI Thomas et Florian Znaniecki attribuent le taux élevé de criminalité à la désorganisation sociale. Ils ont constaté que les liens sociaux, les associations familiales et de quartier devenaient inefficaces et que les contrôles sociaux dans les quartiers et les communautés étaient brisés. Cela a entraîné une augmentation de la criminalité et de la délinquance.

Modèle écologique appliqué par Robert Park et Ernest Burgess

Robert Park et Ernest Burgess ont emprunté un modèle écologique à la nature et l'ont appliqué à l'étude de la société humaine. L'écologie est l'étude des plantes et des animaux, de leurs relations, de la manière dont l'équilibre de la nature se maintient et de la façon dont les organismes survivent. Park et Burgess ont étudié l'écologie humaine, la relation mutuelle entre les gens et leur environnement.

Théorie du cercle concentrique : comprendre la croissance de Chicago

Ils ont décrit la croissance de villes américaines comme Chicago en termes d’écologie.

Selon eux, la croissance s’est produite à travers un processus d’invasion, de domination et de succession. L’histoire de l’Amérique est le meilleur exemple de ce processus, alors que les Européens ont envahi, dominé et succédé aux territoires des Amérindiens.

Il est probable que dans les villes américaines, « un groupe culturel ou ethnique envahit un territoire occupé par un autre groupe et domine le nouveau territoire jusqu’à ce qu’il soit déplacé ou remplacé par un autre groupe, et le cycle se répète ».

Application de la théorie du cercle concentrique pour étudier les taux de criminalité

Ils ont développé une théorie du cercle concentrique pour étudier la répartition de la population, le changement social et les caractéristiques de la ville de Chicago, et cette théorie a été divisée en cinq zones.

La théorie du cercle concentrique est une théorie écologique qui divise les villes en différentes zones en fonction de caractéristiques environnementales. Les théoriciens tentent alors de trouver une relation entre ces découpages en zones et les taux de criminalité.

L'étude de Shaw et McKay sur la délinquance juvénile

Plus tard, Clifford R. Shaw et Henry D. McKay ont utilisé le modèle de l'écologie humaine dans leurs études sur la délinquance juvénile à Chicago. Ils ont constaté que les délinquants n’étaient pas très différents des non-délinquants ; les zones à forte délinquance étaient plutôt socialement désorganisées.

Selon les théoriciens de Chicago, là où la société est désorganisée, son contrôle s'affaiblit ou est absent, et les parents et les voisins approuvent les comportements délinquants. Cette condition sociale donne de larges possibilités de comportement délinquant et peu de possibilités d'emploi légitime.

Les lois de l'imitation de Tarde

Gabriel Tardé (1843-1904) était l'un des premiers criminologues qui considérait le crime comme un comportement normal appris et a théorisé sa proposition. La proposition doctrinale de Lombroso n'a pas convaincu Tarde que les anomalies physiologiques des individus étaient responsables d'activités criminelles.

Tarde soutenait plutôt que les criminels étaient fondamentalement des gens normaux, mais qu’ils avaient été élevés accidentellement dans un environnement où ils avaient appris le crime. Tarde a énoncé trois lois de l'imitation.

  • La première loi de Tarde c'est que les gens s'imitent. La mesure dans laquelle un individu en imite un autre dépend du degré de contact étroit qu'il entretient avec cette personne. Dans les villes, l’imitation est la plus fréquente et évolue très rapidement, ce que Tarde qualifie de « mode ». Dans les zones villageoises, l’imitation est moins fréquente et évolue lentement, ce que Tarde définit comme une « coutume ». Comme tout autre phénomène social, le crime, selon Tarde, commence comme une mode et devient plus tard une coutume.
  • La deuxième loi Le principe de l'imitation était que l'inférieur imite généralement le supérieur.
  • La troisième loi L'imitation est que les modes plus anciennes sont remplacées par des modes plus récentes. Tarde a soutenu que lorsque les meurtres par balle augmenteront, les meurtres par arme blanche diminueront.

La théorie de l'imitation de Tarde a une certaine valeur car lorsqu'il a proposé cette théorie, le point de vue de Lombroso dominait le discours criminologique. À cette époque, les explications psychologiques prenaient également de l’ampleur.

Plutôt que d'expliquer le crime en termes de défauts biologiques ou psychologiques, la théorie de Tarde constituait la première tentative d'expliquer le comportement criminel comme un comportement acquis.

Un modèle simpliste d’apprentissage est à la base de la théorie de l’imitation de Tarde. Plus tard, Edwin H. Sutherland a développé cette idée, en retenant la proposition de base selon laquelle le comportement criminel est le résultat d’un apprentissage normal.

Théorie des associations différentielles de Sutherland

Après être né au Nebraska, Edwin H. Sutherland (1883-1950) a obtenu son baccalauréat du Grand Island College. Il a passé plusieurs années à enseigner dans un petit collège baptiste du Dakota du Sud. Il a obtenu son doctorat à l'Université de Chicago.

Sa thèse portait sur les problèmes du chômage. Après avoir obtenu son diplôme, il a enseigné pendant six ans dans une petite université du Missouri. Ensuite, il est allé à l’Université de l’Illinois et a écrit un livre sur la criminologie, publié en 1924.

En 1933, Jerome Michael et Mortimer J. Adler ont sévèrement critiqué l'état de la théorie et de la recherche criminologiques. Sutherland a répondu aux critiques en essayant de formuler une théorie générale.

Il a essayé d'organiser de nombreux faits divers à l'origine d'activités criminelles dans un arrangement logique, connu sous le nom de théorie des associations différentielles de Sutherland. Il a organisé sa théorie sous les neuf points suivants :

  • Le comportement criminel s’apprend…
  • Le comportement criminel s’apprend en interaction avec d’autres personnes dans le processus de communication…
  • La majeure partie de l’apprentissage du comportement criminel s’effectue au sein de groupes personnels intimes…
  • Lorsque le comportement criminel est appris, l’apprentissage comprend :
    • a) les techniques de commission du crime, qui sont parfois très compliquées, parfois très simples ;
    • (b) la direction spécifique des motivations, des pulsions, des rationalisations et des attitudes…
  • La direction spécifique des motivations et des pulsions ressort des définitions des codes juridiques comme étant favorables ou défavorables. Dans certaines sociétés, un individu est entouré de personnes qui définissent invariablement les codes juridiques comme des règles à respecter, tandis que dans d’autres, il est entouré de personnes dont les définitions sont favorables à la violation des codes juridiques…
  • Une personne devient délinquante à cause d’un excès de définitions favorables à la violation de la loi par rapport à des définitions défavorables à la violation de la loi. C’est le principe de l’association différentielle…
  • Les associations différentielles peuvent varier en fréquence, durée, priorité et intensité. Cela signifie que les associations avec un comportement criminel ainsi que les associations avec un comportement anticriminel varient à ces égards…
  • Le processus d’apprentissage du comportement criminel par association avec des modèles criminels et anticriminels implique tous les mécanismes impliqués dans tout autre apprentissage…
  • Bien que le comportement criminel soit une expression de besoins et de valeurs généraux, il ne s’explique pas par ces besoins et valeurs généraux puisque le comportement non criminel est une expression des mêmes besoins et valeurs. Les voleurs volent généralement pour obtenir de l’argent, mais les travailleurs honnêtes travaillent pour obtenir de l’argent. Les tentatives de nombreux chercheurs pour expliquer le comportement criminel par des pulsions et des valeurs générales, telles que le principe du bonheur, la recherche d'un statut social, le mobile de l'argent ou la frustration, ont été et doivent continuer à être vaines puisqu'elles expliquent le comportement licite aussi complètement que possible. ils expliquent le comportement criminel. Ils sont similaires à la respiration, qui est nécessaire à tout comportement mais ne différencie pas les comportements criminels des comportements non criminels.

Deux éléments fondamentaux ont été intégrés dans cette théorie de Sutherland : le contenu consiste en quelques idées sur les motivations et les motivations de la commission des crimes et sur le processus par lequel l'apprentissage réel a lieu.

Le contenu englobe des techniques particulières pour commettre des crimes, des motivations, des motivations, des rationalisations et des attitudes appropriées, ainsi que des « définitions plus générales favorables à la violation de la loi ».

Ce sont toutes des idées plutôt que des comportements, contenant donc des éléments cognitifs. Le processus est la véritable méthode d'apprentissage par laquelle les gens apprennent le comportement criminel et qui se déroule dans des groupes personnels intimes.

Sutherland a emprunté ces deux éléments à « l’interactionnisme symbolique », une théorie développée par George Herbert Mead (1863-1931). Lorsque Sutherland préparait son doctorat, George Herbert Mead était à l'Université de Chicago. Les gens obtiennent des significations à partir d’expériences particulières qu’ils ont vécues, et ces significations, comme le théorise Mead, déterminent leur comportement. Mead a ensuite expliqué que les gens ont tendance à construire des définitions relativement permanentes à partir de ces significations. Après avoir généralisé les significations en formulant des définitions, les gens adoptent une manière fixe d’envisager différentes situations.

Différentes personnes se trouvant dans des situations similaires peuvent agir de manière très différente en raison de ces différentes définitions et, enfin, le fait que les gens obéissent ou violent la loi dépend de la manière dont ils examinent la question et de la façon dont ils définissent leur situation.

Les personnes avec lesquelles l'individu s'associe au sein de groupes personnels intimes attribuent un sens aux activités criminelles, qu'il s'agisse de meurtre, de vol à l'étalage ou de prostitution.

Sutherland a soutenu que les gens attribuent cette signification première aux activités criminelles, ce qui donnera lieu au sens d'acte délinquant finalement accepté par un individu.

Sutherland a soutenu que les associations varient en « fréquence, durée, priorité et intensité », c'est pourquoi certaines associations étaient plus importantes que d'autres pour l'apprentissage de ces définitions.

Il y avait un processus d’association différentiel derrière les conditions sociales générales, dont Sutherland a discuté en détail. Il a expliqué les conditions sociales générales à la lumière des conflits culturels dans la version de 1939 de sa théorie.

Dans sa langue, le conflit culturel signifiait que différents groupes de la société avaient des manières différentes de réagir dans une situation similaire et pouvaient entrer en collision. Il a ensuite introduit la désorganisation sociale pour développer la présence de conflits culturels dans une société.

Dans sa version finale de sa théorie, Sutherland l'a remplacé en 1949 par le terme d'organisation sociale différentielle, car la désorganisation sociale signifie qu'il n'y a pas d'organisation du tout.

Sutherland a soutenu que de nombreux groupes dans une société ont des intérêts, des modes de vie et des objectifs différents ; certains de ces groupes ont été organisés pour des activités criminelles, certains sont neutres et certains sont consciemment respectueux de la loi. Sutherland a très justement défini cette condition comme une « organisation sociale différentielle ».

Sutherland a ensuite soutenu que les associations différentielles donnent lieu à des différences de comportement, y compris des comportements criminels.

Le sens simple de la théorie revient alors à dire qu’une personne qui s’associe à un communiste est susceptible de devenir communiste, qu’une personne qui a une association étroite avec un homme politique est susceptible de devenir un homme politique et qu’une personne qui s’associe à des criminels a de fortes chances de devenir un communiste. une bonne possibilité de devenir un criminel.

Évaluation de la valeur de la théorie de Sutherland

La théorie de Sutherland trouve du soutien lorsqu'elle explique la délinquance juvénile plutôt que la criminalité des adultes. Les jeunes délinquants, selon Sheldon et Eleanor Glueck, peuvent choisir d'autres jeunes qui ont des valeurs et un comportement similaires à ceux de leurs amis.

Dans ce cas, c’est la délinquance qui provoque les amis délinquants, et non les amis délinquants qui provoquent la délinquance. De plus, quiconque côtoie des criminels n’adoptera pas de comportement délinquant.

Quelle est alors la valeur de l’association, qui dans un cas conduit à l’acceptation d’un comportement criminel, mais dans un autre cas conduit seulement à les connaître sans les accepter.

Sutherland a suggéré que l’impact que les associations peuvent avoir sur un individu dépend de « la fréquence, la durée, la priorité et l’intensité » des associations. Il a étayé son argument par des histoires de cas et des déclarations d’auto-évaluation.

Enfin, la question se pose de savoir si la théorie de Sutherland était intrinsèquement au-delà du test, et en 1960, Donald Cressey, le co-auteur de Sutherland, a soutenu que la théorie des associations différentielles n'est pas testable au niveau le plus large.

En 1988, cependant, Matsueda affirmait que la théorie des associations différentielles n’était pas irréfutable, et elle est étayée par de nombreux rapports de recherche.

D'abord, il a cité de nombreux travaux de recherche qui ont révélé que les mineurs qui avaient des amis plus délinquants commettaient davantage d'actes délinquants.

Deuxièmement, Matsueda a fait référence à un certain nombre d'études qui ont souligné le contenu des définitions favorables à la violation de la loi et ont montré que ces définitions avaient accru la tendance à s'impliquer dans des activités délinquantes.

Troisième, Matsueda a fait valoir que le rapport des définitions favorables et défavorables à la violation de la loi peut être déterminé en appliquant des techniques statistiques avancées.

Deux branches différentes des théories modernes, à savoir les théories culturelles et sous-culturelles et les théories de l'apprentissage social, ont été développées sur la base de la formulation originale de Sutherland.

En conservant la valeur cognitive de la théorie de Sutherland, les théories culturelles et sous-culturelles dynamisent le rôle des idées dans l'apparition du comportement criminel. Les théories de l’apprentissage social, quant à elles, se concentrent sur le processus par lequel l’apprentissage a lieu.

Théories culturelles et sous-culturelles

Selon la formulation de Sutherland, certaines idées, comme « les définitions favorables à la violation de la loi », sont de véritables causes du comportement criminel.

Les théories culturelles et sous-culturelles examinent le rôle des idées. Ce sont les idées elles-mêmes, plutôt que les conditions sociales, qui sont à l'origine de la commission d'activités délinquantes.

En expliquant la délinquance des gangs, Walter B. Miller a proposé l’une de ces théories culturelles. Il a fait valoir que les gens des classes inférieures ont leur propre culture, distincte de celle de la classe moyenne, et que leur culture détermine leur mode de vie. Des valeurs telles que l’éducation, l’honnêteté, la réussite, etc. ont une grande valeur pour la classe moyenne.

En revanche, la masculinité, la force, l’intelligence, l’enthousiasme, etc., ont une plus grande valeur aux yeux des classes inférieures.

Ils croient aveuglément au destin et considèrent que la plupart des choses qui arrivent aux gens échappent à leur contrôle et qu’on ne peut rien y faire. Ils ont une forte rancune contre l’autorité. Cette culture de classe inférieure, selon Miller, génère la délinquance des gangs.

Les conditions sociales et la culture des classes inférieures sont devenues des raisons évidentes de l'activité des gangs.

Wolfgang et Ferracuti ont présenté une théorie qu’ils ont appelée la « sous-culture de la violence ». Wolfgang a découvert qu'un grand nombre d'homicides se produisaient entre Noirs et Blancs des classes inférieures à la suite d'événements très insignifiants qu'ils considéraient comme culturellement précieux pour eux.

Toute atteinte au nom ou à l'honneur de la mère ou tout commentaire désobligeant sur la race provoque un conflit violent entre deux hommes de classe socio-économique inférieure, blanc et noir, qui finit par provoquer un homicide.

Ce type de crime passionnel n’est ni planifié ni l’expression d’une maladie mentale. Wolfgang et Ferracuti ont identifié les conflits de valeurs sous-jacents entre la culture dominante et la sous-culture de la violence comme cause de ce type d'homicide.

En réponse aux bousculades ou remarques insignifiantes, des conflits normatifs (qui existent déjà) entre la sous-culture de la violence et la culture dominante surviennent et constituent la cause de tant d'homicides. Les récompenses et punitions sociales soutiennent ces normes.

Les gens qui suivent les normes sont respectés et ceux qui ne les respectent pas sont ridiculisés par les autres membres de la sous-culture, même s'ils deviennent victimes de violence.

Dans la sous-culture, tout le monde a été placé dans une situation de guerre parce que chaque individu peut réagir violemment à une situation, tout comme il s'attend à ce que les autres individus réagissent violemment, même si aucun n'approuve la violence.

Comme Sutherland, Wolfgang et Ferracuti ont soutenu que les éléments cognitifs sont les causes immédiates de ces homicides passionnels. Les valeurs et les normes sont très fortes parmi les classes socio-économiques inférieures, tant chez les Noirs que chez les Blancs. Pour certaines raisons historiques, la sous-culture est née dans le passé et s'est ensuite transmise de génération en génération sous la forme d'un ensemble d'idées. Peu à peu, les conditions sociales originelles dans lesquelles ces idées s'étaient développées ont disparu. Pour eux, ce sont ces idées, et non la condition sociale, qui sont importantes car elles sont à l’origine d’un comportement violent.

Ils ne s’intéressent donc pas aux conditions sociales ; leurs recommandations politiques suggéraient plutôt de briser les idées qui constituaient la sous-culture de la violence.

Selon l’une de leurs principales recommandations politiques, la sous-culture devait être dispersée en éparpillant les projets de logements sociaux dans toute la ville au lieu de les concentrer dans les centres-villes. « Une fois la sous-culture dispersée, les individus seraient progressivement assimilés à la culture dominante et les comportements violents diminueraient. »

Un grand nombre de théories et d'études supplémentaires ont été générées par la thèse de la sous-culture de la violence. Certains théoriciens ont tenté d’expliquer les niveaux plus élevés de crimes violents parmi les Sud-Américains et les Afro-Américains en termes de sous-culture de la violence.

Certains théoriciens ont montré que la sous-culture sudiste de la violence trouve ses racines dans le sens excessif de « l'honneur » chez les gentlemen du Sud.

La sous-culture de la violence est née dans le Sud en raison de la défaite face aux Nordistes lors de la guerre civile, de l'exploitation économique ultérieure des États du Sud par le Nord, etc.

Ces idées ont été transmises de génération en génération dans le Sud, même si les conditions originelles qui ont donné naissance à ces idées ont disparu depuis longtemps.

Des niveaux plus élevés de violence ont été constatés parmi les Afro-Américains, qui ont prospéré sur la base du « code de la rue ».

Selon Elijah Anderson, il existe une forte concentration d’Afro-Américains très pauvres dans les centres-villes américains. Les habitants de cette région ne disposent pas d'un nombre suffisant d'emplois légitimes, mais sont plutôt susceptibles d'être impliqués de plus en plus dans des activités criminelles.

Ici, la drogue et les armes sont disponibles, la criminalité et la violence sont fréquentes, les allocations sociales diminuent et les gens ont peu d'espoir pour l'avenir. Un sentiment d'isolement et d'aliénation se développe parmi les Afro-Américains.

Dans ces circonstances, ils se sentent détachés du reste des Américains. Ce sentiment de désespoir total a généré le « code de la rue » et ils n’ont aucune confiance dans le système de justice pénale.

Le contrôle physique de l’environnement immédiat est extrêmement important pour les habitants des centres-villes, car au cœur du code de la rue se trouve la lutte pour l’existence et la question du respect. "Si quelqu'un vous critique (manque de respect), vous devez le redresser."

Être critiqué (manqué de respect) par une autre personne est un avertissement d'une éventuelle attaque physique, donc tout le monde est susceptible d'être prêt à frapper le premier coup en retour.

En l'absence d'une surveillance suffisante d'adultes, les enfants des familles « de la rue » restent dans la rue jusque tard dans la nuit. Ils socialisent principalement avec d’autres enfants et grandissent en grande partie dans la rue.

Dans cet environnement, les habitants de cette région comprennent, dès leur enfance, qu'ils doivent survivre à travers une lutte continue et apprennent à se battre.

La dangerosité constante de l’environnement urbain rend tous les enfants physiquement durs et nerveux. Un nerf fort est très important car il peut sauver un individu d’un véritable combat.

Dans le code de la rue, le but est de communiquer subtilement une prédisposition à la violence, une volonté et une capacité à créer un chaos et un chaos total afin de dissuader une agression potentielle.

Cela se fait à travers les vêtements, les bijoux et les soins personnels. Les vestes, les baskets, les chaînes en or et même les armes à feu coûteuses ne sont pas que de la mode. Ils font tous partie d’une démarche conçue pour prévenir les problèmes avant qu’ils ne surviennent.

Dans le code de la rue, le « courage » et la « virilité » sont très importants, et la virilité exige qu’un individu soit physiquement impitoyable envers les autres.

La force physique mérite le respect d’un individu dans les quartiers défavorisés. Nervosité signifie manque de peur de la mort et sentiment que la mort est préférable au manque de respect. La combinaison d'un « courage » fort et d'une « virilité » constitue donc une partie inévitable du code de la rue.

Les individus qui vivent dans les centres-villes sont blâmés parce qu’ils seraient dépourvus de valeurs morales. Anderson soutient qu’au lieu de les blâmer, leur réalité socio-économique – leur chômage, l’héritage historique de l’esclavage et leur aliénation – devrait être prise en considération.

Il souligne que l'attitude de la société dans son ensemble a de profondes implications sur le code de la rue ; au moins, un sentiment de rejet et de mépris de la part de la société dominante a été ancré chez certains des enfants les plus aliénés et les plus vulnérables.

de la société dans son ensemble et la privation intériorisent une forte haine parmi eux envers la société conventionnelle. Ceci, à son tour, donne naissance à la sous-culture des habitants des quartiers défavorisés.

Anderson conclut : Un cercle vicieux s’est formé. Le désespoir et l’aliénation ressentis par de nombreux jeunes hommes et femmes noirs des centres-villes, dus en grande partie au chômage endémique et au racisme persistant, alimentent la violence dans laquelle ils se livrent.

Cette violence sert à confirmer les sentiments négatifs que de nombreux Blancs et certains Noirs de la classe moyenne nourrissent à l’égard des pauvres du ghetto, légitimant davantage la culture d’opposition et le code de la rue aux yeux de nombreux Noirs pauvres.

À moins que ce cycle ne soit rompu, les attitudes des deux côtés deviendront de plus en plus ancrées et la violence, qui revendique les Noirs et les Blancs, les pauvres et les riches, ne fera que s'intensifier.

Anderson, contrairement à Wolfgang et Ferracuti, relie le code de la rue aux conditions socio-économiques qui le génèrent.

La théorie d’Anderson est en partie une théorie culturelle comme celle de Wolfgang et Ferracuti car elle développe la façon dont les idées influencent le comportement externe, en particulier le comportement criminel, et est en partie une théorie structurelle comme les théories des contraintes, qui décrivent comment les conditions sociales générales affectent le comportement.

Anderson soutient que les idées (comme le code de la rue) ainsi que leurs causes (les conditions socio-économiques) doivent être abordées simultanément.

Théories de l'apprentissage social

En conservant le point de vue original de Sutherland selon lequel le comportement criminel est normalement un comportement acquis, les théoriciens de l'apprentissage social ont mis à jour cette conception.

Ils sont partis de la formulation cognitive originale de Sutherland selon laquelle seules les idées s’apprennent. Ils ont ensuite adopté l’idée que le conditionnement opérant et l’apprentissage social sont très efficaces dans l’apprentissage direct du comportement.

Ronald Akers, dans un article avec Robert Burgess, a réécrit les principes de l'association différentielle en termes de conditionnement opérant. Akers a ensuite mis à jour cette théorie, qui a mis en lumière quatre concepts majeurs. Akers considère l'association différentielle comme la source d'apprentissage la plus importante.

Cela signifie la nature des interactions que l’on a avec les autres. Au cours de la vie normale, un individu interagit avec différents types de personnes qui influencent son comportement ; et surtout, ils sont à l’origine de définitions favorables ou défavorables à la violation de la loi.

Akers est d'accord avec Sutherland selon lequel selon « la priorité, la durée, la fréquence et l'intensité », les associations différentielles ont des impacts variés sur le comportement d'un individu.

Mais il a insisté sur le fait que le processus inclut non seulement la transmission directe des définitions à travers la communication interpersonnelle, mais aussi la transmission indirecte, qui a lieu à travers des communications plus lointaines.

Les définitions, selon le point de vue d'Akers, signifient les significations que l'on attache à son comportement.

Dans l’ensemble, les valeurs religieuses, morales ou éthiques constituent les définitions « générales ». Les significations particulières que l’on attache à son comportement sont appelées définitions « spécifiques ».

Lorsqu'une personne est impliquée dans des activités criminelles, comme fumer de la marijuana, un vol, un vol ou un meurtre, et tente de donner un sens à une telle activité avec l'intention de la justifier, on parle alors d'une définition spécifique favorable à la violation de la loi.

Le renforcement différentiel indique les conséquences réelles ou anticipées d'un comportement donné qui préoccupe réellement les gens.

Les gens sont toujours inquiets des conséquences possibles d’une activité particulière. Si une activité tend à entraîner des punitions plutôt que des récompenses, ils s’abstiennent de la pratiquer. Enfin, l’imitation dépend de ses conséquences possibles et de son utilité.

Le fait que le comportement d'une personne soit imité ou non dépend des caractéristiques et du comportement de la personne concernée et des conséquences observées de ce comportement.

L'apprentissage du comportement criminel suit une séquence d'événements spécifique comme le propose Akers. « La séquence trouve son origine dans l'association différentielle de l'individu avec d'autres individus qui ont des définitions favorables du comportement criminel, qui modélisent des comportements criminels à imiter et qui fournissent des renforcements sociaux pour ces comportements.

Ainsi, la participation initiale de l'individu à un comportement criminel s'explique principalement par des associations différentielles, des définitions, des imitations et des renforcements sociaux.

Une fois que la personne a commencé à commettre des comportements criminels, des renforcements différentiels déterminent si les comportements se poursuivent ou non.

Ceux-ci incluent à la fois des renforcements sociaux et non sociaux sous la forme de récompenses et de punitions directement ressenties par l'individu en raison de sa participation au comportement criminel, ainsi que des récompenses et des punitions que la personne expérimente par procuration en observant les conséquences que le comportement criminel a sur les autres. .

Théories du contrôle

Si les gens sont laissés à eux-mêmes, les théoriciens du contrôle supposent qu’ils auront tendance à commettre des crimes. Les théoriciens du contrôle présupposent donc l’existence de certaines forces sociales qui empêchent les individus de commettre des crimes.

Si ces forces s’effondrent ou s’affaiblissent, la société connaîtra une augmentation du taux de criminalité. Les théories du contrôle sont d’une grande utilité pour expliquer la délinquance juvénile ainsi que la criminalité des adultes.

En 1951, Albert J. Reiss a publié un article dans lequel il a examiné les dossiers officiels des tribunaux de 1 110 jeunes hommes blancs en probation, âgés de 11 à 17 ans. Il a constaté que la révocation de la probation était plus probable lorsque le mineur avait un moi ou un surmoi faible. .

Reiss a discuté des effets du « contrôle personnel » et du « contrôle social » sur la délinquance juvénile. Ici, le « contrôle personnel » désigne la capacité d'un mineur à contrôler ses intentions pour satisfaire ses besoins d'une manière socialement inacceptable. Une formulation similaire à Freudienne a été utilisée pour évaluer le contrôle individuel.

Ici, la conformité signifie qu’un individu a accepté les normes et valeurs sociales et indique que l’individu possède un surmoi fort.

Le contraire dénote la délinquance. Le « contrôle social », quant à lui, désigne la capacité de la société à rendre efficaces ses normes et ses règles. La conformité signifie la soumission des individus aux normes et valeurs sociales.

Reiss a tenté de corréler le contrôle personnel et social au comportement individuel et d'utiliser cette formulation pour prédire la délinquance juvénile.

Il a estimé que le contrôle social était un prédicteur invalide. Il a trouvé un bien meilleur prédicteur dans l’analyse de la personnalité des psychiatres.

En 1958, Ivan Nye a publié une étude qui soulignait l’importance de la famille en tant que principal moyen de contrôle social sur les enfants.

La plupart des comportements délinquants, selon Nye, étaient le résultat d'un contrôle social inadéquat. Nye envisageait le contrôle social dans une perspective plus large, et il s’agissait de l’ensemble du contrôle interne et externe.

  • Le contrôle social englobe presque tous les contrôles individuels et institutionnels, à savoir :
  • les contrôles directs imposés par les restrictions sociales et les sanctions légales ;
  • le contrôle intérieur des individus, qui s'exerce par la conscience et les valeurs sociales ;
  • le contrôle indirect s'opère grâce à l'autorité affectueuse des parents et d'autres personnes respectées et
  • la suffisance des moyens légaux pour répondre aux demandes nécessaires.

Nye a soutenu que si tous les besoins individuels pouvaient être satisfaits de manière suffisante par des moyens légitimes, la question de la violation de la loi ne se poserait pas. Il a souligné avec insistance qu’un minimum de contrôle interne, indirect et direct suffirait à assurer la soumission des individus aux normes et valeurs sociales.

Matza sur la délinquance et la dérive

Les théories traditionnelles du crime, selon Matza, mettaient l'accent sur les contraintes et la différenciation. Ces théories présentaient les délinquants comme fondamentalement différents des individus normaux, et ces différences les poussaient à commettre des crimes.

Certaines théories affirmaient que les causes de la criminalité étaient inhérentes aux différences entre la physiologie et la psychologie et que la contrainte de commettre un crime provenait d'éléments biologiques ou psychologiques.

Certaines théories affirmaient que les différences étaient sociales et que les contraintes prenaient la forme d'un engagement envers des valeurs délinquantes.

Matza a soutenu que les théories traditionnelles négligeaient deux points majeurs :

  1. Si l'on parcourait les théories, on développerait l'idée que les délinquants commettraient toujours des crimes, mais ce n'était pas la réalité car la plupart du temps, les délinquants se comportaient comme des citoyens respectueux des lois ;
  2. Les délinquants se sont installés dans une vie respectueuse des lois à la fin de l'adolescence, mais les théories traditionnelles n'en tenaient pas compte.

La théorie de la dérive de Matza, contrairement aux théories traditionnelles, englobe le libre arbitre et le choix individuel. En raison de la dérive, les individus situés entre des comportements respectueux de la loi et des comportements délinquants ne se sont jamais pleinement engagés dans l’un ou l’autre type de comportement.

Les délinquants ne nient pas totalement les valeurs de la société dans son ensemble, mais les « neutralisent » dans une grande variété de circonstances et tentent de justifier leurs activités criminelles en invoquant des circonstances atténuantes.

Cette autojustification les amène à penser qu’ils sont innocents, et ce sentiment d’irresponsabilité rend possible la dérive délinquante. Matza soutient que les délinquants n’intériorisent aucun type particulier de normes ; au contraire, ils apprennent les comportements délinquants, les justifient et souscrivent en même temps à bon nombre des valeurs conventionnelles de la classe moyenne.

Matza et Sykes ont répertorié cinq justifications ou excuses que les délinquants peuvent utiliser pour expliquer ou neutraliser des actes criminels :

  • Les délinquants peuvent nier leur responsabilité en prétendant que l'acte délinquant était la conséquence de certaines circonstances atténuantes, telles qu'un accident, la négligence parentale, la pauvreté, un foyer brisé, une mauvaise compagnie, etc. ces excuses, mais les criminels en col blanc et les entreprises utilisent également ces excuses en faveur de leurs activités criminelles.
  • Le criminel peut avoir tendance à rationaliser son activité criminelle en prétendant qu’aucun préjudice physique ou financier n’a été causé. Si des objets sont volés chez un homme riche ou dans un grand magasin, on peut faire valoir qu'ils peuvent se permettre la perte ou que la compagnie d'assurance compensera la perte. La même personne qui a volé l'objet peut considérer comme illégal de retirer quoi que ce soit à son prochain. Ses auteurs ne considèrent pas comme délinquants un autre ensemble d’activités délinquantes. Ces auteurs peuvent être respectueux de la loi mais considérer leur activité délinquante particulière comme justifiée.
  • Les criminels peuvent affirmer que la victime méritait la blessure et qu'elle n'était pas la véritable victime. Ce type d'excuse est fréquent lorsque la victime est un criminel ou que la victime lance le problème et en subit les conséquences. Dans les crimes sexuels, ce type d’excuse est largement utilisé : « Elle le demandait à cause de la façon dont elle était habillée. »
  • Un criminel peut justifier son activité délinquante en disant que tout le monde est un criminel potentiel et a commis à un moment donné un acte criminel, de sorte qu'il n'y a personne pour le stigmatiser.
  • Lorsque le groupe au sein duquel on doit rester demande à commettre une délinquance, cela est justifié.

Ces justifications mettent en évidence en partie la proposition de Matza selon laquelle un individu a une plus grande liberté pour choisir un comportement délinquant, bien que de nombreux facteurs influencent le libre arbitre. La sous-culture du groupe ou du gang peut promouvoir un comportement délinquant.

Mais cela n’impose aucune contrainte. Pour Matza, un individu a une plus grande liberté pour décider de commettre ou non un acte criminel.