Pourquoi le développement précoce du cerveau chez l'enfant est important [Guide complet]

Pourquoi le développement précoce du cerveau chez l'enfant est important [Guide complet]

Vous avez peut-être souvent entendu ce dicton. "Quand une fleur ne fleurit pas, c'est vous qui réparez l'environnement dans lequel elle pousse, pas la fleur."

Disons que les enfants sont des fleurs non épanouies au stade de leur bourgeonnement. Supposons que leur cerveau soit la fleur qui fleurira grâce à leurs capacités cognitives telles que l’intelligence, la perception, l’imagination et la mémoire (pour n’en nommer que quelques-unes) pour se préparer au monde. Dans ce cas, l’environnement joue un rôle important.

Cela nous amène à notre extrait d’aujourd’hui, l’importance du développement du cerveau pendant l’enfance et comment il peut aider à en faire les êtres conscients du futur. Certains des concepts fondamentaux dont nous discuterons dans l’extrait sont les suivants :

  • Pourquoi le développement précoce du cerveau est-il important ?
  • Facteurs qui affectent le développement cérébral d’un enfant, tant positivement que négativement.
  • Comment assurer le développement cérébral de votre enfant de la fin de la petite enfance jusqu'au début de l'enfance.
  • Comment choisir le bon établissement d'enseignement pour votre enfant, capable d'assurer le développement de son cerveau.

Statistiques du développement du cerveau de l'enfant

Voici les statistiques du développement précoce du cerveau par meilleures écoles de jeux, qui vous fournira une base de données sur le développement précoce du cerveau au cours de l'enfance.

  • Un nouveau-né peut avoir la même quantité de neurones qu’un adulte. Ce qui diffère, c'est la taille, donc les fonctions. Le neurone d'un bébé est 25% de celui d'un adulte et, avec le temps, il se développe. Les neurones jouent un rôle très important dans la détection des informations sensorielles, qui peuvent construire une fonction cognitive très importante appelée perception.
  • 90 % des fonctions cognitives se développent entre 5 et 6 ans. Certains pourraient même affirmer que c'est à ce moment-là que le cerveau d'un enfant est le plus malléable, et que l'on peut toujours se souvenir de ce qui lui a été enseigné académiquement à ce stade. Les parents et les enseignants pourraient profiter de cette occasion pour les aider à enseigner des compétences importantes, ainsi que des compétences académiques.
  • À l’âge de 3 ans, la connexion synaptique atteint 1 000 000 milliards. Avec le temps, la densité augmentera et il sera plus difficile pour les nouvelles informations de pénétrer sans que les anciennes n’interfèrent. C’est ce qu’on appelle une interférence rétroactive dans la mémoire, et c’est la moins active au cours des premières années.
  • Saviez-vous que l'apprentissage et la formation de la mémoire d'un nourrisson se produisent cinq semaines après sa naissance ? Il n’est donc jamais trop tôt pour commencer à leur apprendre les voies du monde. Cependant, une mémoire académique extrême n’est peut-être pas leur point fort au cours des premières années (à l’exception de certains nourrissons nés avec un QI exceptionnel). Par conséquent, avec le cerveau d’un enfant en constante évolution, vous pouvez vous concentrer davantage sur sa créativité, son imagination et sa motricité.
  • La compréhension et l'apprentissage du langage sont également les plus forts pendant les mois de développement de la parole, de 3 mois à 1 an. Par conséquent, appréhender leur langue maternelle et leur langue étrangère sera plus facile plus tard si vous les exposez maintenant.

Pourquoi vous ne devriez pas ignorer le développement précoce du cerveau, de la petite enfance à l'âge de 5 ans

Voici pourquoi ne pas enseigner à vos enfants des compétences importantes gaspille ces années d’or de développement pour un enfant.

1. Il est plus facile de développer des compétences générales

Certaines des compétences générales qui seront plus faciles à enseigner à un enfant à un stade de développement que plus tard sont les suivantes :

  • La créativité est guidée par la curiosité.
  • Compétences en communication.
  • Compréhension du langage.
  • Adaptabilité à différentes situations : Il est même suggéré aux parents de ne pas trop dorloter leur enfant. Car cela peut restreindre leur adaptabilité au cours des années suivantes.
  • Relations interpersonnelles avec d'autres personnes de la famille et au-delà.

Cependant, rappelez-vous que certains enseignements peuvent ne pas donner le résultat idéal du premier coup et que vous devrez être patient.

2. Leur mémoire est claire

Nous avons déjà discuté de l'interférence rétroactive, où notre apprentissage antérieur interfère avec de nouvelles informations. Cependant, un enfant dont la mémoire se développe à partir de la troisième semaine a l'esprit clair au quotidien.

Par conséquent, si vous avez des compétences importantes à transmettre, il n’y a pas de meilleur moment que celui-ci. Ces compétences ne doivent pas concerner uniquement le domaine académique, mais également leur apprendre à être indépendants. Par exemple, les mécanismes d’adaptation en termes d’instabilité émotionnelle ou d’autodiscipline.

3. Plus facile à développer la réponse souhaitée

En parlant d’autodiscipline, la conscience d’un enfant n’est pas encore complètement développée à ce stade. Ils sont donc incapables de juger ce qui est mal et ce qui est bien.

Cependant, de la petite enfance à la petite enfance, il est plus facile d’obtenir la réponse souhaitée de la part d’un enfant. Ils apprennent beaucoup de leur environnement et ont une idée du bien et du mal.

C’est donc le bon moment pour leur faire comprendre l’importance des bonnes manières, d’un comportement social idéal, du respect et d’un discours approprié. On peut y parvenir en renforçant les récompenses d’un bon comportement ou l’impact négatif d’un mauvais comportement.

Étant donné que les enfants ont une forte observation lorsque leur cerveau est au stade de développement, il est préférable de leur enseigner par la positivité plutôt que par la peur.

4. Bon moment pour une introduction académique

La vie académique les rattrapera une fois qu’ils commenceront leur scolarité. Qu'il s'agisse d'une école maternelle ou d'un enseignement à domicile pour votre enfant avant qu'il ne soit prêt pour la maternelle. Cependant, nous vous suggérons fortement d'inscrire votre enfant de 2-3 ans dans une école maternelle avant qu'il n'entre à l'école.

Certaines des raisons derrière cette décision sont les suivantes :

  • L’école ne consiste pas seulement à apprendre des leçons et à passer des examens. Il s'agit également de quitter le confort de son foyer et de passer la moitié de la journée dans un cadre social.
  • Les compétences générales telles que la communication, la coopération sociale et l’amitié sont importantes pour qu’un enfant vive une bonne expérience à l’école.
  • C'est donc le moment pour votre enfant de commencer à apprendre, à respecter ses enseignants et à s'habituer à l'environnement scolaire, car la vie académique représentera la majorité de ses années de croissance.

5. Enseigner le comportement social

Lorsque les nourrissons naissent dans un bon environnement avec des parents ou tuteurs attentionnés, il est plus facile pour eux d’être confinés dans leur propre cocon. Si cela continue jusqu’à l’âge adulte, cela peut conduire à un mauvais comportement social.

L’enfant peut craindre n’importe quel scénario social, provoquant ainsi une anxiété sociale dès son plus jeune âge. Ou bien, ils peuvent s’avérer avoir droit et se comporter mal.

C’est pourquoi, pour transmettre aux enfants un bon comportement social, l’enseignement et la discipline doivent aller de pair. De plus, il faut commencer jeune pour qu'un bon comportement ne soit pas seulement une question de conscience mais un réflexe et une habitude.

Assurer un bon développement cérébral précoce pendant l’enfance

La nature et l’éducation sont toutes deux responsables du développement cérébral précoce d’un enfant. Cependant, ce n’est pas l’enfant qui le détermine. C'est plutôt le travail des parents de s'assurer que tout est en forme de bateau avant que l'enfant ne commence à grandir.

Si vous êtes un nouveau parent et que vous vous sentez dépassé par tout ce qui vous attend, rappelez-vous simplement que vous voudriez que votre enfant devienne un être humain responsable. Vous avez déjà un cerveau développé à 25 %, et quand ils auront 3 ans, il sera déjà bien affiné à 80 %.

Alors, plutôt que de se concentrer exclusivement sur leur mémoire académique et leur capacité de compréhension, pourquoi ne pas les rendre autodisciplinés ? Voici quelques-unes des façons dont vous pouvez y parvenir.

1. Avoir un environnement familial sain

Il n'est pas possible de restreindre toutes les disputes familiales dans une maison. Cependant, les psychologues pour enfants limitent l’idée de le faire devant un enfant en pleine croissance. Leur maturité émotionnelle est encore à distance et le combat pourrait avoir un impact négatif sur leur croissance.

Il est toujours préférable de les laisser grandir dans un environnement positif qui ne leur cause pas trop de traumatismes dès leur plus jeune âge. Oui, comprendre les conflits humains et y faire face est une leçon importante. Cependant, c’est une leçon qu’ils devraient tirer de leur propre expérience plutôt que d’une figure gardienne.

2. Ne les mettez pas sous pression à l’extrême

Nous courons souvent après un diplôme universitaire dès un si jeune âge que nous oublions comment cela peut affecter le développement du cerveau de notre enfant. Le concept de retirer son enfance est trop réel lorsqu’il s’agit de la culture indienne de l’éducation.

Il n’y a aucun mal à les familiariser avec le concept d’éducation à travers un tutorat quotidien à domicile et une école de jeu. Cela leur donnera l’habitude d’étudier, mais vous devez également vous rappeler que les enfants apprennent davantage de l’environnement au cours de leur phase de croissance que des livres.

Par conséquent, faire pression sur eux peut entraver leur croissance plutôt que de l’aider.

3. Ne limitez pas leur croissance en les plaçant dans une boîte

Dans la continuité de notre point précédent, restreindre la croissance peut avoir un effet négatif sur un jeune cerveau en développement. Lorsque vous placez l’enfant dans une boîte d’apprentissage et que vous décidez de tout à sa place, vous l’empêchez essentiellement de développer des compétences générales.

Des compétences telles que prendre des décisions par soi-même, être conscient de soi et être curieux de connaître les réponses à de nouvelles choses. Ayez des lignes directrices pour enseigner à votre enfant, mais ne les suivez pas jusqu'au bout. Parfois, si votre tout-petit trouve du plaisir à apprendre grâce aux legos, laissez-le plutôt que de le forcer à écrire.

4. Ne les empêchez pas de poser des questions

Les enfants se posent beaucoup de questions et cela peut parfois être frustrant. Cependant, si vous ne souhaitez pas que votre enfant se décourage de poser des questions, mieux vaut y répondre de manière efficace.

En raison de la densité synaptique plus faible, il leur est plus facile de retenir diverses informations, surtout si ces informations se présentent sous forme de symboles et de couleurs, car leur mémoire visuelle est plus forte.

Afin d’éviter qu’il ne pose des questions à tout moment, vous pouvez passer une heure ou deux quotidiennement avec votre enfant. Il s'agit d'une opportunité spéciale de soins parentaux et d'apprentissage que chaque enfant devrait bénéficier, même s'il va à l'école. garderie. Grâce aux conversations, on peut extraire des questions curieuses de l'enfant. De cette façon, vous pourrez répondre consciemment à la curiosité de votre enfant plutôt que de vous précipiter.

C'est également un bon espace pour que votre enfant apprenne la bonne façon de communiquer et de poser des questions.

5. Encouragez leur créativité

"La créativité est la mère de l'invention."

Cette citation est également vraie en termes de développement du cerveau d’un enfant. Lorsque vous laissez vos enfants seuls, plutôt que de contrôler chacun de leurs instants, vous serez surpris de voir ce que leur petit cerveau peut imaginer.

Ne limitez pas leur temps de jeu car c’est leur espace pour être plus créatif. Pour renforcer efficacement l'expression créative des enfants, les éducateurs de la petite enfance intègrent souvent des outils d'apprentissage interactifs et attrayants comme le ABCsouris programme de lecture pour les enfants. Inscrivez-les dans des écoles maternelles qui se concentrent moins sur la connaissance des livres et davantage sur les compétences cognitives grâce à l'apprentissage créatif.

6. Faites-leur croire en eux-mêmes

Ils ont certainement besoin de savoir comment faire quelque chose, mais on ne peut pas toujours s’attendre à ce qu’un cerveau en développement sache tout. Ainsi, plutôt que de créer un environnement négatif en soulignant constamment leurs erreurs, donnez-leur la possibilité de se corriger.

C'est le moment idéal pour que votre enfant apprenne à résoudre des problèmes et à être autonome dans ce qu'il veut lorsqu'il entreprendra enfin des études supérieures au-delà d'une école de jeux.

La confiance vient avec le temps, mais c'est une qualité qui commence à la maison et sous la surveillance parentale. Alors, la prochaine fois que vous rectifierez l’erreur de votre enfant, pourquoi ne pas l’alerter et attendre qu’il s’en rende compte ? Cela les aidera à croire en eux-mêmes.

7. Avez-vous une limite avec les louanges

Cependant, vous ne devriez pas leur donner droit dans le cadre des efforts visant à les rendre confiants. Un peu de reconnaissance et d’éloges sont toujours nécessaires pour motiver leur esprit en pleine croissance. Cependant, aller trop loin peut avoir l’effet inverse.

Surtout quand ils vont à l’école et font face à un bassin de compétition, et qu’ils doivent socialiser cordialement. Ils ne pourront pas aborder la vie scolaire parce que la seule attention n'est pas portée à leur élévation mais à chacun dans la classe.

Le cerveau en pleine croissance d'un enfant se familiarise avec le concept d'émotions et demandera la validation d'un enseignant. Cependant, il est du devoir des parents et des enseignants d’avoir une communication solide. Ce n’est qu’à ce moment-là que l’enfant les approchera lorsque quelque chose ne va pas dans son école. Ce sera une bonne occasion pour les parents de comprendre si l'enfant se sent concerné ou simplement négligé.