12 obstacles à une écoute efficace

12 obstacles à une écoute efficace

Les experts conviennent que la première étape pour devenir un meilleur auditeur est de développer une prise de conscience du problème. Andre (1991) souligne les problèmes d'audition, la surcharge, la pensée rapide, le bruit et les approches inappropriées de l'écoute comme des problèmes pour une écoute efficace.

Ashenbrenner et Snalling (1988) mentionnent le jugement, la préoccupation, la pseudo-écoute, la sémantique, le langage excessif et la peur comme des problèmes pertinents d'une écoute efficace.

Murphy, Hidebranot et Thomas (2001) mentionnent les facteurs problématiques comme les préjugés contre le locuteur, les distractions externes, la vitesse de réflexion, l'évaluation prématurée, les stéréotypes sémantiques et la prestation. La discussion suivante répertorie les problèmes uniques :

Problèmes d'audition

Cela couvre l’un des innombrables problèmes qui peuvent diminuer ou éliminer la gamme de sons pouvant être entendus. Ceci est particulièrement important si l’on considère qu’entendre est la première étape du processus d’écoute. Sans une audition adéquate, il ne peut y avoir aucune écoute.

Surcharge

Ce problème est associé au fait de trop entendre et de devoir répondre à trop de stimuli. Le résultat peut être du stress, un repli sur soi ou une incapacité à concentrer son attention.

Pensée rapide

Penser est plus rapide que parler. Une personne moyenne parle entre 80 et 160 mots par minute, mais les gens ont la capacité de penser à une vitesse phénoménale pouvant atteindre 800 mots par minute. Cela laisse du temps à l'auditeur. Que feront-ils de ce temps d’inactivité ? L’écoute est affectée si l’auditeur laisse son esprit vagabonder.

Bruit

L'écoute est interrompue par l'environnement physique, le canal et l'environnement psychologique.

Approches inappropriées de l’écoute

Il s’agit de la catégorie générale regroupant une multitude de comportements d’écoute inappropriés. Il comprend:

  1. Écoute en embuscade : écoute de la petite information qui peut servir de base à une attaque contre l'orateur.
  2. Écoute insensible : écouter pour accepter les mots de l'orateur à leur valeur nominale et ne pas prendre en compte tout ce qui en affecte le sens.
  3. Dan Akroyd Écouter : n'écouter que les faits.
  4. Écoute tactile : écouter uniquement les émotions.
  5. Pseudo-écoute : faire semblant d'écouter.

Jugement

La tendance à évaluer ce que nous entendons, souvent avant de l’avoir complètement entendu.

Préoccupation

Nos propres préoccupations deviennent plus importantes que d’écouter les autres. Nous pensons que ce que nous pensons est plus important que ce que dit l’autre.

Sémantique

Les significations propres à un domaine particulier créent des malentendus lorsqu’elles sont appliquées en dehors de leur pertinence. Les gens hésitent également à demander à quelqu’un de répéter ou de clarifier.

Parler excessivement

Nous préférons parler plutôt que d'écouter l'autre. Nous écoutons les pauses pour pouvoir intervenir, croyant que ce que nous avons à dire est plus important.

Peur

Parfois, nous nous déconnectons parce que nous avons peur de ce que l’autre va dire.

Préjugés contre le président

L'écoute est distraite parce que l'orateur dit quelque chose qui va à l'encontre de nos attitudes, positions ou croyances.

Distraction externe

L’ensemble de l’environnement physique affecte la parole. Ventilateurs bruyants, lumières faibles ou éblouissantes, musique de fond gênante, pièces surchauffées ou froides, pièces aux formes étranges ou décorées de manière voyante, courants d'air excessifs provenant d'une fenêtre, vêtements bruyants et tenue vestimentaire négligée de l'orateur, ou puanteur de parfum ou d'eau de Cologne, tout cela et bien plus encore, les gens peuvent déconnecter le haut-parleur.

Livraison

Le mode de présentation des discours affecte sérieusement l’écoute. Un ton monotone peut facilement endormir les auditeurs ou leur faire perdre tout intérêt.