Gestion des risques de marché : comment les banques gèrent les risques de marché

Gestion des risques de marché de la banque

Les éléments centraux d'un système de gestion des risques de marché sont le RAROC (rendement du capital ajusté au risque) et la valeur à risque (VaR). RAROC est utilisé pour gérer les risques liés aux différentes unités commerciales au sein d’une banque et évaluer les performances.

Horizon temporel pour mesurer l’exposition au risque

La mesure du risque est basée sur un horizon temporel ; idéalement, la mesure du risque serait basée sur un horizon temporel de 5 ou 10 ans.

Distribution de probabilité des résultats potentiels

La distribution de probabilité des résultats potentiels est nécessaire pour mesurer le risque de marché, comme la probabilité de défaut ou de perte sur un portefeuille. On suppose généralement que les prix des actifs négociés suivent la distribution normale, mais cette distribution peut parfois être asymétrique.

Limites du RAROC

  1. Le le facteur de risque pour chaque catégorie est attribué en fonction de la volatilité historique de son prix de marché. Pourtant, rien ne garantit que le passé soit un bon indicateur du présent ou du futur.
  2. Elle est moins précise pour les actifs non négociés tels que les prêts, dont certains sont difficiles à évaluer.
  3. Il est difficile de choisir un seul taux limite ou un seul indice de référence.

Risque de marché et valeur à risque

  • Le modèle VaR mesure le risque de marché d'une banque et répond à un objectif différent de celui du RAROC.
  • Même si la VaR était à l’origine utilisée comme mesure interne par les banques, elle a pris encore plus d’importance au fil des années. La caractéristique distinctive d’une VaR est l’accent mis sur les pertes résultant de la volatilité des actifs plutôt que sur la volatilité des bénéfices. JP Morgan a développé le premier modèle complet, et la formule est
VaRx = Vx * Dv / Dp * ▲pt
Où;
Vx; la valeur marchande du portefeuille X.
Dv/Dp ; la sensibilité à l’évolution des prix par dollar de valeur marchande.
▲pt; l'évolution défavorable des prix de t peut-être un jour, un mois, etc.

La valeur à risque estime le montant maximum probable ou attendu qui pourrait durer sur le portefeuille d'une banque en raison d'un changement dans les facteurs de risque, c'est-à-dire le prix des actifs sous-jacents sur un horizon temporel spécifique dans un intervalle de confiance statistique.

Hypothèses pour le calcul de la VaR

  1. La fréquence de calcul, quotidienne, mensuelle, trimestrielle, etc.
  2. Identification de la position ou du portefeuille affecté par le risque de marché.
  3. Les facteurs de risque affectant la position sur le marché.
  4. L'intervalle de confiance – 99% et unilatéral.
  5. La période de détention – dépend de l'objectif de l'exercice.
  6. Choix de la répartition des fréquences.

Les options pour la VaR comprennent les éléments suivants

  1. Méthode non paramétrique: Cette méthode utilise des simulations historiques des rendements passés des facteurs de risque mais ne fait aucune hypothèse sur la façon dont ils sont distribués. Il s’agit d’un modèle d’évaluation complet.
  2. Méthode paramétrique: La méthode utilise une approche variance-covariance ou delta-normale. Il s'agit d'un modèle d'évaluation partiel.
  3. Approche de Monte-Carlo: Une autre approche de valorisation complète qui implique plusieurs simulations.

VaR, portefeuilles et risque de Markel

Les composantes de tout portefeuille sont sensibles à certains risques fondamentaux. Ceux-ci sont les suivants :

  • Delta ou risque de prix absolu: Le risque que le prix de l'actif sous-jacent change.
  • Vega ou risque de volatilité: Le cadran de risque lorsqu'une option est impliquée ou qu'un produit a des caractéristiques similaires à une option.
  • Rho ou risque d'escompte: Ce risque s'applique principalement aux dérivés ou produits valorisés à l'aide d'un taux d'actualisation.
  • Risque thêta ou de décroissance du temps: La valeur temporelle de l'option. Une variation de la valeur du portefeuille en raison du passage du temps.

Problèmes avec l'approche VaR

  1. Il ne donne pas le montant précis qui sera statistiquement perdu. Plutôt que de donner la queue entière, cela donne un point arbitraire dans la queue.
  2. Les modèles VaR les plus simples reposent sur l’hypothèse selon laquelle les rendements financiers sont normalement distribués, et des études financières non corrélées ont montré que ces hypothèses peuvent ne pas être vérifiées, contribuant ainsi à une mesure VaR inexacte du risque de marché.
  3. La VaR ne prédit pas la faillite d'une banque, mais uniquement les pertes résultant de l'exposition d'une banque au risque de marché.
  4. La distribution de fréquence paramétrique et non paramétrique produit des mesures basées sur des données historiques. Une hypothèse implicite est qu’ils constituent de bons prédicteurs des rendements futurs. Toutefois, la simulation historique est sensible à la échantillonnage période.