Lien bancaire et gage : définition, différences

Lien bancaire et gage : définition, différences

Le privilège est le droit d'un créancier de conserver les biens appartenant au débiteur jusqu'au remboursement de la dette qui lui est due.

Un gage se produit lorsque les marchandises sont livrées pour obtenir une avance.

Privilège

Le privilège est le droit d'un créancier de conserver les biens appartenant au débiteur jusqu'au remboursement de la dette qui lui est due.

Le privilège donne à une personne uniquement le droit de conserver la possession des marchandises et non le pouvoir de les vendre, à moins qu'un tel droit ne soit expressément conféré par la loi, la coutume ou l'usage.

UN le privilège bancaire est un privilège général cela équivaut à un engagement implicite.

Il confère au le banquier a le droit de vendre les titres après avoir donné un préavis raisonnable à l'emprunteur.

Gage

Un dépôt de marchandises en garantie du paiement d’une dette ou de l’exécution d’une promesse. La personne qui offre la garantie est appelée le « prêteur en gage » ou « le gageur », et le dépositaire est appelé le « prêteur en gage » ou le « gagiste ».

Livraison de marchandises d'une personne à une autre dans un but quelconque, sous réserve du contrat selon lequel les marchandises seront restituées lorsque l'objectif sera atteint ou autrement éliminées conformément aux instructions du bailleur.
D'après les définitions ci-dessus, nous observons que,

  1. Un gage se produit lorsque les marchandises sont livrées pour obtenir une avance.
  2. Les biens gagés seront restitués au propriétaire dès remboursement de la dette.
  3. Les marchandises servent de garantie pour la dette.

L’essentiel de l’engagement

Livraison de marchandises

La livraison des marchandises est essentielle pour compléter un gage. La livraison peut être physique ou symbolique. La livraison physique fait référence au transfert physique de marchandises d'un créancier gagiste à un créancier gagiste.

La livraison symbolique ne nécessite aucune livraison réelle de marchandises. Mais la possession des biens doit être transférée à un créancier gagiste. Cela peut être fait de l'une des manières suivantes :

  • Remise de la clé à l'entrepôt dans lequel les marchandises sont stockées.
  • Livraison du titre de propriété pour des marchandises telles qu'un connaissement, un récépissé ferroviaire, des bons d'entrepôt, etc.
  • Délivrance de bons d'entrepôt transférables si les marchandises sont conservées dans un entrepôt public.
  • Transfert de propriété : La propriété des biens reste la propriété du créancier gagiste — la possession des biens appartient au créancier gagiste jusqu'au remboursement du prêt.

Droit en cas de non-remboursement

Si le créancier gagiste ne rembourse pas dans le délai imparti, le créancier gagiste peut,

  • Vendre les biens mis en gage après un préavis raisonnable,
  • Intenter une action civile contre le créancier gagiste pour le montant dû,
  • Intenter une action en justice pour la vente des biens gagés et la réalisation de l'argent qui lui est dû.

Lorsque le créancier gagiste décide d'exercer le droit de vente, il doit émettre un préavis clair, précis et raisonnable.

Droits d'un banquier en tant que créancier gagiste

  1. Le créancier gagiste a le droit de conserver les biens gagés jusqu'au paiement de la dette ainsi que des intérêts y afférents et de toutes les autres dépenses nécessaires engagées pour la possession et la conservation des biens.
  2. Le créancier gagiste a le droit de conserver les biens gagés uniquement pour la dette concernée et non pour toute autre dette, sauf si le contrat en dispose autrement.
  3. Le créancier gagiste a le droit de recevoir du créancier gagiste les dépenses extraordinaires qu'il a engagées pour conserver les biens gagés.
  4. En cas de défaut de paiement du gagiste, les cours suivants sont ouverts au gagiste :
    • Il peut intenter une action en recouvrement du montant et intenter une action en justice pour la vente des marchandises.
    • Il peut vendre lui-même les marchandises après un préavis raisonnable.
  5. Si le produit d'une telle vente est inférieur au montant dû au titre de la dette ou de la prestation, le créancier gagiste reste tenu au paiement du solde. Si le produit de la vente est supérieur au montant ainsi dû, le créancier gagiste devra reverser le surplus au créancier gagiste.
  6. Si un tiers prive injustement le créancier gagiste de l'usage ou de la possession des biens gagés, il dispose contre le tiers des recours dont aurait bénéficié le propriétaire. Le créancier gagiste peut intenter une action en dommages-intérêts.
  7. Si le créancier gagiste subit un dommage en raison de la non-divulgation d'une faute par le créancier gagiste, le frappeur en est responsable.
  8. Si le créancier gagiste subit un préjudice lorsque le titre du créancier gagiste sur les marchandises gagées est défectueux, le créancier gagiste en sera responsable.

Devoirs du créancier gagiste

  1. Le créancier gagiste est tenu de prendre autant de soin à l'égard des biens gagés qu'un homme ordinairement prudent retirerait ses biens dans des circonstances similaires.
  2. Le créancier gagiste doit faire usage des biens gagés conformément à l'accord entre les deux parties. En cas d'utilisation non autorisée, le donneur de gage est en droit de résilier le contrat et de réclamer des dommages et intérêts, le cas échéant.
  3. Le créancier gagiste doit remettre les marchandises au créancier gagiste lors du remboursement de la dette. Il est du devoir du créancier gagiste de livrer les marchandises selon les instructions du créancier gagiste.
  4. Le créancier gagiste doit remettre au gagiste toute augmentation ou bénéfice qui aurait pu résulter des biens gagés, tels que les dividendes sur les actions.
  5. Le créancier gagiste est responsable envers le créancier gagiste de toute perte, destruction ou détérioration des marchandises si les marchandises ne sont pas restituées correctement.

Différence entre privilège et gage

Dans le cas d'un privilège, le prêteur a le droit de conserver mais pas de vendre l'actif. Pour les banques, un privilège est un gage implicite, c'est-à-dire que la banque a le droit de vendre l'actif en cas de défaillance de l'emprunteur.

Mais dans le cas d'un nantissement, le prêteur a le droit de conserver et de vendre l'actif gagé en cas de défaillance de l'emprunteur.