Éthique de la recherche : mener des recherches de manière éthique [Guide complet]

l'éthique dans la recherche

L’éthique fait référence à des normes bien fondées sur le bien et le mal qui prescrivent ce que les humains doivent faire. Il cherche à résoudre les questions de moralité humaine en définissant des concepts tels que le bien et le mal, le bien et le mal, la vertu et le vice, la justice et le crime.

L’objectif de l’éthique de la recherche est de garantir que personne ne soit lésé ou ne souffre des conséquences néfastes des activités de recherche.

Parce que l’intégrité de la recherche est vitale, la considération éthique doit revêtir une importance primordiale lors de la préparation conceptions de recherche.

Qu’est-ce que la recherche éthique ?

Nous traversons une période de profond changement dans notre compréhension de l’éthique de la recherche appliquée en sciences sociales. Dès l’après-guerre jusqu’au début des années 1990, un consensus s’est progressivement développé sur les principes éthiques clés qui devraient motiver les efforts de recherche.

Deux événements marquants se sont imposés (parmi tant d’autres) comme symboliques de ce consensus. Le « procès pour crimes de guerre de Nuremberg » qui a suivi la Seconde Guerre mondiale a mis en lumière la manière dont les scientifiques allemands avaient utilisé des sujets humains captifs comme sujets d'expériences souvent horribles.

Dans les années 1950 et 1960, l’étude Tuskegee sur la syphilis impliquait le refus d’un traitement efficace connu contre la syphilis aux participants afro-américains infectés.

Des événements comme ceux-ci ont forcé le réexamen des normes éthiques et le développement progressif d'un consensus selon lequel les sujets humains potentiels devaient être protégés contre l'utilisation comme « cobayes » dans la recherche scientifique. Dans les années 1990, la dynamique de la situation a changé.

Les patients atteints de cancer et les personnes atteintes du syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA) et du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) se sont battus publiquement contre les établissements de recherche médicale à propos du temps nécessaire pour obtenir l'approbation et mener à bien la recherche sur des remèdes potentiels contre des maladies mortelles.

Dans de nombreux cas, ce sont les hypothèses éthiques des 30 dernières années qui motivent cette mentalité de « lenteur ».

Bien que les dernières années en matière d’éthique de la recherche aient été tumultueuses, il commence à apparaître qu’un nouveau consensus se dessine, impliquant les groupes de parties prenantes les plus touchés par un problème participant plus activement à la formulation de lignes directrices pour la recherche.

Éthique de la recherche

Dans la plupart des contextes de recherche, trois parties sont impliquées : le chercheur, le client (utilisateur), et le intimé (sujet). L’interaction de ces parties avec l’une ou les deux autres parties identifie une série de questions éthiques.

Consciemment ou inconsciemment, chaque partie attend un certain droit et ressent certaines obligations envers les autres parties.

De nombreuses questions se posent au cours du processus. Les chercheurs estiment avoir le droit de demander des informations aux personnes interrogées, tandis que celles-ci estiment avoir un certain droit à la vie privée.

Cela peut l'amener à refuser de participer. Aux droits de chaque répondant correspond une obligation de la part du chercheur.

Par exemple, le droit de l'individu à la vie privée exige que le chercheur protège la vie privée et l'anonymat du répondant.

C'est-à-dire que l'identité du répondant et les informations qu'il fournit au chercheur ne seront pas divulguées aux utilisateurs.

Lorsqu'un répondant divulgue des informations sur son affaire au chercheur, il doit être assuré que ces informations seront utilisées uniquement à des fins à des fins de recherche.

La violation de l'une des normes sera considérée comme contraire à l'éthique. On s'attend également à ce qu'un répondant soit honnête lorsqu'il répond.

L'utilisateur conserve également certains droits et obligations. Son premier droit est d’attendre du chercheur des données objectives et précises. Il doit également s'attendre à ce que ses instructions relatives à la confidentialité aient été respectées.

Pour rendre une étude éthiquement acceptable, les points suivants sont d’une immense importance lors de la collecte de données :

  • Ne trompez pas les répondants sur le véritable objectif d’une étude.
  • Ne posez pas aux répondants des questions qui les embarrassent énormément.
  • Ne posez pas à la personne interrogée des questions qui pourraient provoquer des troubles émotionnels en lui rappelant une expérience désagréable,
  • Ne posez pas aux répondants des questions qui provoquent la culpabilité.
  • Ne posez pas au répondant des questions qui pourraient porter atteinte à sa vie privée.
  • Ne nuisez pas aux répondants en les étudiant à leur insu.
  • Ne menacez pas et ne forcez pas la personne interrogée à participer.
  • Ne violez pas une promesse de confidentialité, telle que la divulgation de l'identité des répondants.

Le chercheur peut également agir de manière contraire à l’éthique lors de l’analyse des données. Ceux-ci incluent, entre autres.

  • En révélant seulement une partie des faits
  • Présenter des faits hors contexte
  • Falsifier les résultats pour plaire aux clients
  • Nous proposons une présentation trompeuse, telle que « mentir avec les statistiques », pour faire avancer l'étude dans la direction attendue.

En général, un chercheur doit être éthique afin qu'un répondant ne subisse pas de préjudice physique, d'inconfort, de douleur, d'embarras ou de perte d'intimité.

Pour les protéger, le chercheur doit suivre trois lignes directrices dans la conception de sa recherche, telles que perçues par Cooper et Schindler (1998) :

  • Commencez la collecte de données en expliquant aux répondants les bénéfices attendus de la recherche sans exagération.
  • La vie privée et la confidentialité sont des questions éthiques profondes dans la recherche. Expliquez aux personnes interrogées que leurs droits et leur bien-être seront protégés et expliquez comment cela sera fait. Cela peut être accompli en préservant la confidentialité des réponses et en détruisant l'identité des répondants.
  • Assurez-vous que les enquêteurs obtiennent le consentement éclairé des répondants dans un formulaire de consentement éclairé.

Un formulaire de consentement éclairé est un accord écrit signé par le sujet, le répondant et le chercheur concernant les termes et conditions de la participation volontaire d'un sujet à une étude.

Un tel formulaire implique de rendre le sujet pleinement conscient du but de l'étude, de ses dangers possibles et des références des chercheurs afin qu'il renonce à son droit à la vie privée lorsqu'il accepte de participer à l'étude.

Le consentement éclairé complet présente quatre caractéristiques :

  1. Le sujet doit être compétent pour donner son consentement.
  2. Le consentement doit être volontaire, libre de toute coercition, etc.
  3. Le sujet doit être suffisamment informé pour prendre une décision.
  4. Le sujet doit être conscient des risques ou des résultats associés à la recherche.

14 Codes et principes de recherche éthique

Compte tenu de l’importance de l’éthique pour la conduite de la recherche en sciences sociales, il n’est pas surprenant que de nombreuses associations professionnelles, agences gouvernementales et universités aient adopté des codes, des règles et des politiques spécifiques relatifs à l’éthique de la recherche.

De nombreuses agences internationales, telles que l'Environmental Protection Agency (EPA), le Département américain de l'Agriculture (USDA), le Code de Nuremberg et la Déclaration d'Helsinki (Association médicale mondiale), fournissent les fonds nécessaires à une recherche authentique et éthique dans le monde entier.

D'autres politiques influentes en matière d'éthique de la recherche, notamment la Déclaration sur l'éthique professionnelle (American Association of University Professors), sont remarquables.

Cependant, les codes et principes éthiques suivants sont brièvement énumérés :

  1. Objectivité
  2. Honnêteté
  3. Intégrité et recherche cohérente
  4. Ouverture aux opinions franches
  5. Publication responsable
  6. Soin
  7. Respect envers les collègues
  8. Confidentialité
  9. Mentorat responsable
  10. Non-discrimination
  11. Soins aux animaux et compétence
  12. Pratiques officielles
  13. Protection des sujets humains
  14. Responsabilité sociale

Objectivité

L'objectivité s'efforce d'éviter les préjugés dans la conception expérimentale et couvre de nombreux autres aspects de la recherche en sciences sociales, par exemple l'analyse des données, l'interprétation des données, l'examen par les pairs, les décisions relatives au personnel, la rédaction des subventions, les témoignages d'experts et d'autres aspects de la recherche où l'objectivité est attendue ou requise pour les normes éthiques. .

Évitez les préjugés ou l’auto-tromperie, et la divulgation d’intérêts personnels ou financiers peut affecter l’éthique de la recherche. Le Coran nous a également averti : « … Ne suivez donc pas les convoitises, de peur que vous n'évitiez la justice et que vous ne déformiez votre témoignage ou que vous refusiez de le donner. En vérité, Allah connaît parfaitement ce que vous faites » (Coran, 4 : 135).

Honnêteté

L’effort d’honnêteté dans toutes les recherches et communications en sciences sociales est une condition préalable à la recherche éthique.

L'honnêteté doit être garantie dans la communication des données, des résultats, des méthodes et des procédures, ainsi que dans la publication des recherches. Les données ne doivent pas être fabriquées, falsifiées ou déformées ; même les collègues ne devraient pas être trompés par les organismes subventionnaires ou le public (Shamoo et Resnik, 2009).

Intégrité et recherche cohérente

L’intégrité et la cohésion de la recherche sont des codes et des principes essentiels qui doivent être adoptés dans les promesses, les accords et les actions en matière de recherche. Agir avec sincérité et s’efforcer d’assurer la cohérence de la pensée et de l’action pour renforcer la recherche en sciences sociales.

L'intégrité des données était également pratiquée dans le domaine des hadiths scientifiques. Comme le Hadith Mutawar (le récit du comportement du Prophète Muhammad (saw) est le hadith du plus haut niveau de confiance. Parce qu'il a été transmis par un grand nombre de narrateurs, la probabilité de fabrication est entièrement écartée.

Ouverture aux opinions franches

L'ouverture et les opinions franches offrent davantage d'opportunités de partager des données, des résultats, des idées, des outils et des ressources avec les chercheurs. Les étudiants en recherche doivent être plus ouverts aux critiques et aux nouvelles idées des autres, et respecter les droits de propriété intellectuelle.

Le statut de l’orateur ne rend pas nécessairement un discours acceptable ou non. Parfois, les Imams d'Ahlul-Bayt (psl) citaient des poèmes de Jahiliyyah (l'âge sombre de l'Arabie).

Les brevets d'honneur, les droits d'auteur et autres formes de propriété intellectuelle doivent être protégés. Le chercheur ne doit pas utiliser de données, de méthodes ou de résultats non publiés sans l'autorisation de la source d'origine, et il doit accorder du crédit là où il est dû.

Donnez une reconnaissance ou un crédit approprié pour toutes les contributions à la recherche et éloignez-vous du plagiat. La plupart des travaux scientifiques sur la civilisation musulmane sont fondés sur des preuves inaltérées et bien documentées.

Ils ont reconnu tous les documents sources, qu'ils soient cités textuellement ou paraphrasés, et les ont documentés sous forme de références dans le texte. (Yusuf, 2009, 331)

Publication responsable

Des efforts devraient être faits pour publier la recherche éthique normative dans une revue à comité de lecture ou sous forme de livre par des éditeurs réputés.

Publiez pour faire progresser la recherche et l’érudition, pas seulement pour votre propre carrière, et évitez également les publications inutiles et redondantes, ce qui est contraire à l’éthique du code de la recherche. En outre, il doit éviter la fraude, la « fabrication de données » et le « plagiat ».

Soin

Les étudiants en recherche doivent être prudents dans la conduite des recherches qui leur sont assignées ou conçues, et ils doivent éviter les erreurs d’inattention et la négligence.

Examinez attentivement et de manière critique votre propre travail et celui de vos pairs. Tenir de bons registres des activités de recherche, par exemple la collecte de données, la conception de la recherche et la correspondance avec les revues.

La recherche sur les phénomènes interculturels est une tentative difficile et peut soulever des questions d'éthique en raison de divers facteurs culturels tels que la langue, les traditions, les conventions, les normes sociales, les valeurs, etc. Dans une telle situation, une suggestion simple consiste à trouver une personne appropriée dans ces groupes culturels pour agir en tant que conseiller pour la recherche assignée (Sarantakos, 1993).

Respect envers les collègues

Les chercheurs doivent montrer leur respect à leurs collègues et autres membres du personnel pour une coopération réciproque et une aide à la recherche. Ils devraient renforcer leur respect envers leurs collègues et les traiter équitablement (Shamoo et Resnik, 2009).

Les chercheurs doivent faire attention à ce qui suit : « Ô vous qui avez cru, qu’aucun peuple ne ridiculise les [autres] gens ; peut-être qu’ils sont meilleurs qu’eux ; et que les femmes ne se moquent pas des [autres] femmes ; peut-être qu'ils sont meilleurs qu'eux. Et ne vous insultez pas les uns les autres et ne vous injuriez pas par des surnoms [offensants]. Misérable est le nom de la désobéissance après la foi. Et quiconque ne se repent pas, alors ce sont ceux-là qui sont les injustes » (Coran, 49 : 11).

Confidentialité

Il s'agit d'un code et d'un principe essentiels pour protéger les communications confidentielles, telles que les articles ou les subventions soumis pour publication, les dossiers personnels, les secrets commerciaux ou militaires et les dossiers des patients. La divulgation non autorisée est considérée comme une manière illégale et contraire à l’éthique dans la recherche en sciences sociales.

Un chercheur doit garder à l’esprit : « En effet, Allah vous ordonne de rendre les fiducies à qui elles sont dues et lorsque vous jugez entre les gens de juger avec justice. Excellent est ce qu'Allah vous enseigne. En effet, Allah est toujours Entendant et Voyant » (Coran, 7 :58).

Mentorat responsable

Le mentorat en recherche sociale est très important. On a observé que certains encadrants sont trop réticents à orienter correctement leurs étudiants-chercheurs.

Cette accusation est non seulement applicable dans les pays en développement, mais également visible dans la plupart des universités occidentales, qui font obstacle à diverses complications et entravent une véritable contribution et production académique.

C’est donc une obligation morale et éthique de fournir l’assistance académique nécessaire pour former les étudiants en recherche. Favorisez leur bien-être et permettez-leur de prendre leurs propres décisions. Comme l’a dit le Prophète (SAAS) : « … Vous êtes donc tous des gardiens et responsables de vos charges. »

Non-discrimination

Les étudiants en recherche et les guides sont tenus de faire preuve d’un respect approprié et d’un traitement égal des privilèges académiques, quels que soient le sexe, la couleur et l’identité nationale.

Ils doivent éviter toute discrimination à l’encontre de collègues ou d’étudiants sur la base de la race, de l’origine ethnique ou d’autres facteurs sans rapport avec leur compétence scientifique et leur intégrité dans la recherche en sciences sociales.

Allah ordonne de faire justice (adV) : « Ô vous qui croyez, soyez honnêtes envers Allah, porteur de témoignage avec justice ; et ne laissez pas la haine d’un peuple vous inciter à ne pas agir équitablement. Être juste…." (le Coran, 5:8).

Soins aux animaux et compétence

Les étudiants en recherche doivent faire preuve de respect et de soin envers les animaux lorsqu’ils les utilisent dans la recherche. Ne menez pas d’expériences animales inutiles ou mal conçues.

Il est également conseillé aux chercheurs de maintenir et d'améliorer leurs propres compétences et expertises professionnelles grâce à l'éducation et à l'apprentissage tout au long de la vie et de prendre des mesures pour promouvoir les compétences en sciences et en sciences sociales dans leur ensemble. L’Islam se préoccupe également du bien-être des animaux lorsqu’il mène des recherches.

Il existe un hadith célèbre selon lequel une prostituée est entrée au paradis parce qu'elle a donné à boire à un chien, tandis qu'une femme noble est entrée dans le feu de l'enfer parce qu'elle a maltraité son chat (rapporté par Bukhari).

En plus de cela, le Prophète Muhammad (SAAS) a dit : « Quiconque a tué un oiseau sans droits, alors le Jour du Jugement, Allah en tiendra responsable… » (rapporté par Ahmad). (Alias)

Pratiques officielles

Il est de l'obligation des chercheurs de connaître et d'obéir aux lois, procédures officielles et politiques institutionnelles et gouvernementales pertinentes dans la conduite de leurs recherches.

La violation des valeurs institutionnelles et des SOP est un crime grave et donc contraire à l'éthique.

Protection des sujets humains

Lorsque vous effectuez des recherches sur des sujets humains, minimiser les préjudices et les risques et maximiser les avantages ; respecter la dignité humaine, la vie privée et l'autonomie ; prendre des précautions particulières avec les populations vulnérables ; et s’efforcer de répartir équitablement les avantages et les fardeaux de la recherche.

Ces attributs constituent des aspects éthiques importants dans la recherche en sciences sociales (Shamoo et Resnik, 2009). Al-Quran apprécie également de faire des actions justes. «… Allah a promis à ceux d’entre eux qui croient et accomplissent de bonnes œuvres un pardon et une grande récompense.» (48:29)

Responsabilité sociale

Les responsabilités sociales sont des questions morales et éthiques qui doivent être exercées correctement. Ils devraient s’efforcer de promouvoir le bien social et de prévenir ou d’atténuer les préjudices sociaux par la recherche, l’éducation du public et le plaidoyer.

Les chercheurs doivent faire attention à l’utilisation des ressources naturelles. Puisqu’Allah ordonne : « …mangez et buvez, mais ne gaspillez pas par excès car Allah n’aime pas les gaspilleurs. » (7:31)

L'éthique des affaires humaines

Les questions éthiques dans la recherche sur les humains ont fait l’objet d’une attention croissante au cours des 50 dernières années. Des comités d'examen institutionnel (IRB) pour la protection des sujets humains ont été créés dans la plupart des institutions qui entreprennent des recherches sur des humains.

Ces comités sont composés de chercheurs scientifiques et sociaux, de professeurs de clinique, de chercheurs généralistes et d'administrateurs qui examinent la recherche selon les procédures établies par l'autorité compétente.

Plusieurs éléments éthiques doivent être pris en compte lors de la conception d’une recherche impliquant des participants qui sont des êtres humains vivant en société.

Les questions/éléments importants qui sont préconditionnés pour être maintenus dans la conduite de recherches éthiques sur des sujets humains sont discutés ci-dessous.

Premièrement, la principale préoccupation de l’investigateur doit être la sécurité du participant à la recherche.

Ceci est accompli en examinant attentivement le rapport risque/bénéfice, en utilisant toutes les informations disponibles pour effectuer une évaluation appropriée et en surveillant continuellement la recherche au fur et à mesure de son déroulement.

Deuxièmement, l'investigateur scientifique doit obtenir le consentement éclairé de chaque participant.

Cela doit être obtenu par écrit (bien que les consentements oraux soient parfois acceptables) après que le participant a eu l'occasion d'examiner attentivement les risques et les avantages et de poser toutes les questions pertinentes.

Le consentement éclairé doit être considéré comme un processus continu et non comme un événement isolé ou une simple formalité.

Troisièmement, l'enquêteur doit énumérer la manière dont les problèmes de confidentialité seront abordés.

Les chercheurs doivent être sensibles non seulement à la manière dont les informations sont protégées contre toute observation non autorisée, mais également à la question de savoir si et comment les participants doivent être informés de toute découverte imprévue de la recherche qu'ils souhaitent ou non connaître.

Quatrièmement, l'investigateur doit réfléchir à la manière dont les événements indésirables seront gérés.; qui prodiguera des soins à un participant blessé dans une étude et qui paiera pour ces soins sont des considérations importantes au cours de la recherche.

Enfin, avant d'inscrire des participants à un essai expérimental, l'investigateur doit être dans un état « d'équilibre », c'est-à-dire que si une nouvelle intervention est testée par rapport au traitement actuellement accepté, l'investigateur doit vraiment ne pas savoir quelle approche est supérieure.

En d’autres termes, une véritable hypothèse nulle devrait exister dès le départ concernant l’issue de l’essai (Callahan, Research Ethics, 2011).

Principes éthiques dans les affaires humaines

Trois principes éthiques principaux sont traditionnellement cités lors des discussions sur les préoccupations éthiques dans la recherche sur des sujets humains.

Le premier principe éthique, cité par l’influent rapport Belmont, est l’autonomie.

Il s'agit de l'obligation de la part de l'investigateur de respecter chaque participant en tant que personne capable de prendre une décision éclairée concernant sa participation à l'étude de recherche.

L'enquêteur doit s'assurer que le participant a reçu une divulgation complète de la nature de l'étude, des risques, des avantages et des alternatives, avec une possibilité prolongée de poser des questions. Le principe d’autonomie trouve son expression dans le document de consentement éclairé.

Le deuxième principe éthique est le bénéfice, faisant référence à l'obligation de la part de l'enquêteur de tenter de maximiser les avantages pour le participant individuel/la société tout en minimisant le risque de préjudice pour l'individu. Un calcul risque/bénéfice honnête et approfondi doit être effectué.

Le troisième principe éthique invoqué dans la recherche sur des sujets humains est la justice, qui exige une sélection équitable des participants, c'est-à-dire éviter les populations de participants qui pourraient être injustement contraintes à participer, comme les prisonniers et les enfants placés en institution.

Le principe de justice exige également une répartition égale des avantages et des charges entre les groupes de population susceptibles de bénéficier de la recherche (Callahan, Research Ethics, 2011).

5 éléments clés pour une recherche humaine éthique

Éthique de la recherche : mener des recherches de manière éthique [Guide complet]

Pour qu’un consentement éclairé soit éthiquement valide, les éléments suivants doivent être présents :

  1. Divulgation
  2. Compréhension
  3. Volontariat
  4. Compétence
  5. Consentement

Divulgation

Le participant potentiel doit être informé aussi complètement que possible de la nature et du but de la recherche, des procédures à utiliser, des avantages attendus pour le participant/la société, des risques, des stress et des inconforts potentiellement prévisibles, ainsi que des alternatives à la participation à la recherche. recherche.

Le document de consentement éclairé doit également divulguer les procédures en place pour garantir la confidentialité ou l'anonymat, l'indemnisation et le traitement médical disponible en cas de blessure liée à la recherche.

Il doit préciser qui contacter pour toute question concernant l'étude de recherche, les droits des sujets de recherche et en cas de blessure.

Compréhension

Le participant doit comprendre ce qui a été expliqué et doit avoir la possibilité de poser des questions et d'y répondre par l'un des enquêteurs. Le document de consentement éclairé doit être rédigé dans un langage simple, évitant tout jargon technique.

Volontariat

Le consentement des participants à participer à la recherche doit être volontaire, libre de toute coercition ou promesse d'avantages peu susceptibles de résulter de leur participation.

Compétence

Le participant doit être compétent pour donner son consentement. Si le participant n'est pas compétent en raison de son état mental, d'une maladie ou d'une urgence, un chercheur désigné peut donner son consentement s'il est dans le meilleur intérêt du participant de participer.

Dans certains cas d'urgence, le consentement peut être annulé en raison de l'absence d'un participant compétent et d'un remplaçant.

Le sujet humain potentiel doit autoriser sa participation à l'étude de recherche, de préférence par écrit, bien que parfois un consentement ou un assentiment oral puisse être plus approprié.

Plagiat et malhonnêteté académique dans la recherche

Le plagiat consiste simplement à utiliser les œuvres ou les idées d’autres personnes sans les noms des auteurs ni les guillemets.

Ainsi, le plagiat se produit si quelqu’un prend des mots ou des idées ailleurs et les met dans son travail sans guillemets. La traduction complète ou partielle d'un texte constitue également du plagiat si le chercheur n'en reconnaît pas la source.

Le plagiat et d’autres formes de malhonnêteté académique sont considérés comme une tromperie intellectuelle.

Éthique dans la recherche en sciences sociales

Le plan d'action éthique examine les questions éthiques et politiques importantes soulevées dans la conduite de la recherche sociale empirique.

Il est important que les étudiants en recherche de troisième cycle et les chercheurs professionnels appréhendent les normes éthiques, les valeurs et les procédures opérationnelles standard (SOP) de base lorsqu'ils mènent des recherches en sciences sociales.

Les étudiants en recherche devront apprendre à prendre en compte les valeurs éthiques dans la conception de leur recherche.

Les phénomènes éthiques sont significatifs dans le cadre de la préparation de leur projet de thèse ou de mémoire ou dans la conduite de recherches opérationnelles.

De plus, les résultats de la recherche en sciences sociales sont provisoires ou approximatifs ; son résultat n’est pas absolu mais plutôt flexible, et l’éthique dans la conception de la recherche en sciences sociales est donc essentielle pour garantir sa validité. Les domaines fondamentaux de l’éthique dans la recherche en sciences sociales sont :

  1. Éthique de la participation volontaire
  2. Critères éthiques standards dans la recherche en sciences sociales

Éthique de la participation volontaire

Les participants volontaires doivent être honnêtes et sincères dans la collecte des données requises, et l'explication de la recherche doit être impartiale en termes de présentation des données. L’intégrité à tous égards est essentielle pour garantir l’éthique de la recherche dans le domaine de la recherche en sciences sociales.

Les termes éthiques de la recherche intégrée comprennent :

  • conception de la recherche,
  • buts et objectifs,
  • les objectifs de la recherche,
  • hypothèses et questions de recherche,
  • variables,
  • les procédures de collecte de données,
  • sources de données valides,
  • méthodes de recherche,
  • cadre théorique,
  • avec l'analyse de la recherche,
  • les résultats/constatations doivent être cohérents et intégrés dans leur ensemble.

La vie privée, l'anonymat et la confidentialité (PAC) doivent être respectés dans la conduite de recherches en sciences sociales. D’autres aspects importants des questions éthiques sont les convictions et les préjugés forts.

La croyance peut modifier les observations ; le biais de confirmation humain est une heuristique qui amène une personne ayant une croyance particulière à considérer les choses comme renforçant sa croyance, même si un autre observateur n'est pas d'accord.

Les chercheurs ont souvent admis que les premières observations étaient un peu imprécises, alors que les deuxième et troisième étaient « ajustées aux faits ». Finalement, des facteurs tels que l’ouverture à l’expérience, l’estime de soi, le temps et le confort de l’éthique peuvent produire une préparation à de nouvelles perceptions dans la recherche en sciences sociales.

L’authenticité des données et des informations est une question éthique vitale qui doit être garantie pour créer de la confiance dans le domaine de la recherche en sciences sociales. Les chercheurs doivent collecter leurs données auprès de sources valides et authentiques pour maintenir l'authenticité de la source de données.

La neutralité des chercheurs en termes de sélection des groupes cibles pour les entretiens est une question cruciale pour les aspects éthiques.

L'ensemble de la recherche doit être invalide et nul et non avenu si le chercheur ne parvient pas à garantir sa position neutre dans l'analyse et l'interprétation des données tout au long de la recherche.

De la même manière, la présentation impartiale des arguments et le fait d’éviter l’autopartisanisme sont également des aspects éthiques impératifs de la recherche originale en sciences sociales.

Garantir une taille d’échantillon raisonnable et considérable pour une recherche sociale non controversée est également un autre facteur éthique important qui pourrait aider à convaincre le lectorat et le groupe cible de la recherche.

Il est conseillé d’éviter les déclarations audacieuses et affirmées et les affirmations fortes dans les écrits universitaires, car les affirmations audacieuses sont considérées comme inappropriées dans les modèles d’écriture, ce qui est totalement inacceptable dans toute recherche universitaire, y compris dans le domaine des sciences sociales.

Enfin, les informations contradictoires et ambiguës dans l’argumentation de la recherche sont interdites car les lecteurs seraient très perplexes. Les étudiants doivent maintenir ces approches éthiques tout en menant leurs recherches en sciences sociales.

L'éthique de la recherche est également très importante lors de la conduite de recherches expérimentales en laboratoire ou sur tout autre aspect des phénomènes sociaux.

L’éthique doit être appliquée à toutes les étapes de la recherche en sciences sociales et en sciences pures, comme la planification, la conduite et l’évaluation d’un projet de recherche.

Un autre point éthique est de mesurer le rapport coût-bénéfice de l’ensemble de la recherche, et c’est, dans une certaine mesure, la première chose à faire avant de concevoir une étude quant à sa faisabilité potentielle.

Critères éthiques standards dans la recherche en sciences sociales

Historiquement, les préoccupations concernant la fiabilité ou la qualité de la recherche qualitative provenaient des sciences naturelles et expérimentales ou des valeurs éthiques.

Ainsi, la fiabilité, la validité, l’objectivité et la généralisabilité empruntées à des approches plus quantitatives étaient les critères par rapport auxquels la solidité d’une étude qualitative était jugée (Marshall et Rossman, 2011 : 39). « La Trinité…, ou vénérée avec respect par tous les vrais croyants en science éthique » (Kvale, 1996 : 229).

Les normes éthiques fondamentales de la recherche en sciences sociales sont indiquées ci-dessous. Les étudiants en recherche doivent éviter tout risque de nuire considérablement aux personnes, à l'environnement ou aux biens nationaux, et ils ne doivent pas tromper les personnes participant au processus de collecte de données.

L'obtention du consentement éclairé de toutes les parties impliquées dans l'étude proposée est également éthique. Il est également éthique de préserver la vie privée et la confidentialité autant que possible.

Plagier le travail d’autrui est une conduite contraire à l’éthique grave, qui, dans une certaine mesure, constitue un crime académique. La recherche ne doit pas être biaisée en fonction du financement ou de toute autre raison.

Un autre effort contraire à l’éthique consiste à commettre une fraude scientifique, à falsifier des recherches ou à se livrer à d’autres comportements répréhensibles. Fondamentalement, les chercheurs doivent respecter toutes les réglementations données et également anticiper d'éventuels problèmes éthiques dans leurs travaux de recherche.

Types de malhonnêteté académique dans la recherche

La représentation d’un travail de groupe non autorisé comme le travail d’un seul chercheur ; soumettre un travail de recherche effectué par une autre personne comme étant son travail ; inclusion de plus d'une seule phrase tirée de l'œuvre d'un autre sans utilisation de guillemets ni mention de la source ; résumer le travail d'autrui en changeant quelques mots ou en modifiant l'ordre de présentation sans le reconnaître, et utiliser les idées d'autrui sans le reconnaître.

Le plagiat est condamné pour deux raisons :

  1. Premièrement, cela trompe le lecteur ;
  2. deuxièmement, cela refuse à tort le crédit aux personnes dont le travail est copié.

Conclusion

Quel est l’objectif premier de l’éthique dans la recherche ?

L’objectif de l’éthique de la recherche est de garantir que personne ne soit lésé ou ne souffre des conséquences néfastes des activités de recherche.

Quels sont quelques exemples de malhonnêteté académique dans la recherche ?

Des exemples de malhonnêteté académique incluent la représentation non autorisée d'un travail de groupe, la soumission du travail de quelqu'un d'autre comme étant le sien, le fait de ne pas utiliser de guillemets pour des citations directes, le résumé du travail d'autrui sans reconnaissance et l'utilisation des idées d'autrui sans en attribuer le crédit.

Comment le plagiat est-il défini dans le contexte de la recherche ?

Le plagiat consiste à utiliser les œuvres ou les idées d'autrui sans citer les auteurs ni utiliser de guillemets. Cela peut se produire lorsqu’une personne utilise des mots ou des idées provenant d’une autre source dans son travail sans en être dûment reconnu.

Quelles sont les principales parties impliquées dans la plupart des contextes de recherche ?

Dans la plupart des contextes de recherche, les principales parties impliquées sont le chercheur, le client (utilisateur) et le répondant (sujet).

Quelles sont les considérations éthiques que les chercheurs devraient garder à l’esprit lors de la collecte de données ?

Les chercheurs ne doivent pas tromper les répondants sur le véritable objectif de l'étude, éviter de provoquer de l'embarras ou des troubles émotionnels, respecter la vie privée des répondants, ne pas les obliger à participer et respecter leurs promesses de confidentialité.

Un formulaire de consentement éclairé est un accord écrit signé par le sujet, le répondant et le chercheur détaillant les termes et conditions de la participation volontaire d'un sujet à une étude. Cela garantit que le sujet est pleinement conscient du but de l'étude, des risques potentiels et des références des chercheurs.

Les quatre caractéristiques du consentement éclairé complet sont les suivantes : le sujet doit être compétent pour donner son consentement, le consentement doit être volontaire, le sujet doit être correctement informé et le sujet doit être conscient des risques ou des résultats associés à la recherche.