4 types de concurrents : libérez votre avantage concurrentiel

4 types de concurrents : libérez votre avantage concurrentiel

Aucune entreprise ne peut espérer opérer sur un marché sans concurrence. Les entreprises sont ainsi confrontées à la concurrence. Une entreprise peut faire face à quatre catégories de concurrence. Il doit être préparé avec des stratégies pour attaquer les concurrents immédiats et potentiels. Identifier les concurrents à attaquer est vital pour qu’une entreprise puisse survivre à cette époque de concurrence extrême.

4 types de concurrents

4 types de concurrents

La réaction des concurrents peut constituer un obstacle majeur au fonctionnement d'une entreprise et, par conséquent, une entreprise doit avoir une idée des réactions de ses concurrents aux stratégies des autres entreprises. Les concurrents peuvent réagir en réduisant leurs prix, en prenant des mesures promotionnelles agressives ou en introduisant de nouveaux produits.

Pour comprendre les actions ou les réactions des concurrents, une entreprise doit avoir une compréhension claire de ses concurrents, de leurs façons de faire des affaires et de leur culture.

Étant donné que les concurrents varient dans les dimensions ci-dessus, une connaissance approfondie des concurrents est indispensable. La première étape de ce processus consiste à connaître les catégories de concurrents.

Regardons maintenant le type de concurrents. Il existe quatre catégories de concurrents qu’une entreprise peut rencontrer.

  1. Concurrent décontracté
  2. Concurrent sélectif.
  3. Concurrent Tigre.
  4. Concurrent stochastique.

Le concurrent décontracté

Un concurrent décontracté est une entreprise qui ne réagit ni n'agit de manière agressive ni rapide aux actions des autres concurrents. Il y a des raisons à de telles actions ou réactions de la part de concurrents décontractés.

Les plus importants sont :

  • niveau élevé de fidélité des clients tel que considéré par les concurrents décontractés,
  • un montant raisonnable de bénéfice tiré de l'entreprise par eux,
  • incapacité à remarquer rapidement le mouvement des concurrents, ou
  • manque de fonds pour réagir par eux.

Une entreprise doit s'efforcer de comprendre très clairement les raisons du comportement particulier de ses concurrents décontractés.

Le concurrent sélectif

Un compétiteur sélectif ne réagit pas à tous les mouvements de ses concurrents, mais plutôt à un mouvement sélectif. Les concurrents peuvent prendre un certain nombre de mesures, parmi lesquelles on peut citer l'offre de services supplémentaires, des remises sur quantité et une promotion agressive.

Un concurrent sélectif ne considère pas toutes ces actions comme une réaction. Au lieu de cela, il en sélectionne une ou quelques-unes sur lesquelles mettre l’accent, comme les offres de remise sur quantité. Si une entreprise peut identifier les actions de ses concurrents susceptibles de susciter une réaction de la part de son principal concurrent, elle peut en conséquence décider d'une stratégie d'attaque.

Le concurrent Tigre

Un concurrent tigre ne laisse aucune action de ses concurrents rester incontestée. Il agit très rapidement et de manière agressive face à tout mouvement de ses rivaux.

Une telle stratégie d’un concurrent tigre constitue une menace potentielle pour toute entreprise tentant d’attaquer le tigre, quel que soit le point de vue. Il est donc judicieux pour une entreprise de évaluer ses atouts et ses ressources et réfléchir à deux fois avant de décider d'attaquer un concurrent tigre.

Le concurrent stochastique

Un concurrent stochastique est celui dont les actions ou les réactions sont loin d’être prédites. Cela se rapporte au concept de probabilité, c'est-à-dire que quelque chose peut arriver ou ne pas arriver, comme dans le cas d'un tirage au sort.

Il est très difficile de concevoir des stratégies pour attaquer des concurrents stochastiques car leurs comportements sont très imprévisibles. Un concurrent stochastique ne réagit que lorsqu’il en a les moyens et reste silencieux lorsqu’il trouve le combat inabordable, que ce soit d’un point de vue financier ou physique.

Le scénario concurrentiel varie d’un secteur à l’autre. Dans certains secteurs, les entreprises entretiennent des relations harmonieuses, tandis que dans d’autres, elles se battent continuellement les unes contre les autres.

Bruce Henderson a mené des études sur les relations concurrentielles entre les entreprises du secteur. De son étude, il a noté un certain nombre d’observations importantes.

Ils sont mentionnés ci-dessous :

  • Lorsque les concurrents sont très identiques et gèrent leurs opérations de la même manière, leur équilibre concurrentiel est instable. La raison de cette situation est que les clients ne peuvent faire aucune différence entre les produits concurrents. En conséquence, ils sont très attirés par une offre à prix inférieur. Cela rend l’équilibre concurrentiel très instable.
  • Lorsqu’un seul facteur mineur est considéré comme critique, l’équilibre concurrentiel devient instable. Sur les marchés où les acheteurs sont très sensibles aux prix et où il est possible de réaliser des économies par différents moyens, une entreprise proposant des produits à un prix inférieur peut déclencher une guerre des prix. Cela entraîne un déséquilibre dans les relations concurrentielles.
  • Lorsqu’un certain nombre de facteurs sont considérés comme critiques, chaque concurrent peut alors bénéficier de certains avantages et être différemment attractif pour certains clients. Le nombre de concurrents coexistent dépend du nombre de facteurs considérés comme critiques. Plus il y a de facteurs critiques, plus il y a d’entreprises en équilibre. La raison en est que chaque entreprise peut se concentrer sur un facteur particulier et ainsi attirer un segment particulier assurant son existence.
  • Si le nombre de facteurs critiques est faible, il y aura moins de concurrents. Cela signifie que le nombre de concurrents coexistant dépend du nombre de variables critiques. La relation est positive.
  • Si un rapport de part de marché de 2 pour 1 entre deux concurrents quelconques est considéré comme le point d’équilibre, alors il n’est ni réaliste ni avantageux pour l’un ou l’autre de modifier sa part – qu’elle augmente ou diminue. Dans une telle situation, aucune entreprise ne devrait dépenser d’argent supplémentaire en promotion ou en distribution.